Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

RD Congo : enquête au cœur du parc des Virunga

En savoir plus

SUR LE NET

La disparition du vol d'AirAsia bouleverse la Toile

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

FRANCE

Paris ouvre une information judiciaire sur le meurtre des deux Françaises

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/08/2011

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour "séquestration, assassinats et viols". Il ne s'agit pas de se substituer à la justice argentine, mais d'informer les familles des victimes de l'évolution de l'enquête.

AFP - Une information judiciaire pour "séquestration, assassinats et viols" a été ouverte vendredi par le parquet de Paris sur les meurtres en juillet de deux étudiantes françaises en Argentine, a-t-on appris de source judiciaire.

Un juge d'instruction devait être désigné dans la journée pour superviser cette enquête, dont le but est essentiellement de tenir les familles des deux jeunes femmes informées de l'avancée des investigations en Argentine.

"Une information judiciaire pour séquestration, assassinats et viols a été ouverte", a-t-on indiqué de source judiciaire. "Son but n'est pas de se substituer à la justice argentine mais de permettre aux familles d'avoir une porte d'ouverture sur les enquêtes menées en Argentine", a-t-on précisé.

"L'avantage est que le juge d'instruction qui sera désigné peut obtenir des informations de l'Argentine dans le cadre de l'entraide judiciaire", a-t-on expliqué. "Cette enquête n'a pas pour but d'envoyer des policiers français sur place".

Houria Moumni, 24 ans, et Cassandre Bouvier, 29 ans, ont été retrouvées mortes le 29 juillet sur le site de randonnée du mont San Lorenzo, à 12 km à l'ouest de Salta, dans le nord de l'Argentine.

Sept de leurs proches, qui étaient arrivés mardi à Salta pour identifier les corps des deux jeunes femmes, sont repartis vendredi pour Buenos Aires, où devaient être également acheminées en soirée les deux dépouilles. La date de leur rapatriement en France demeurait inconnue.

Confrontés au manque de preuves, les enquêteurs argentins n'ont pas encore identifié de suspect, mais ils suivent plusieurs pistes en attendant de retrouver des témoins et d'obtenir les résultats des tests ADN qui devraient permettre de faire avancer l'enquête.

Selon les enquêteurs, Cassandre Bouvier a été victime d'un viol avant d'être tuée d'une balle dans le front. Houria Moumni a quant à elle résisté à une tentative de viol et tenté de s'échapper, mais elle est tombée et a reçu une balle dans le dos. Elle a agonisé plusieurs heures avant de succomber.

La justice française peut ouvrir des enquêtes quand ses ressortissants sont victimes d'actes criminels à l'étranger. Cela a récemment été le cas pour l'attentat de Marrakech du 28 avril, ou lors de la mort de deux otages d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Vincent Delory et Antoine de Léocour, tués au Mali en janvier lors d'une opération visant à les libérer.

Le parquet de Paris a été jugé compétent pour ouvrir l'enquête sur le décès des deux jeunes femmes en Argentine car Cassandre Bouvier vivait dans la capitale, selon une source judiciaire. Houria Moumni résidait, elle, à Pantin (Seine-Saint-Denis).

Première publication : 05/08/2011

  • ARGENTINE

    Le nouveau suspect du meurtre des deux Françaises maintenu en détention

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Un suspect arrêté après le meurtre des deux touristes françaises

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Deux touristes françaises assassinées dans le nord de l'Argentine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)