Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Offensive militaire au Yémen - Elections départementales en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crash de l'A320 de Germanwings - Les élections au Nigeria

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Chômage, au-delà de la courbe

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la fête nationale endeuillée par l'attentat du Bardo

En savoir plus

MODE

Alaïa, Jarrar et Kayrouz marient l'ascèse à la sensualité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Nigeria : les 2 principaux rivaux signent un accord de paix

En savoir plus

#ActuElles

Les super héroïnes débarquent dans la BD

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gonzague de Blignières : "Il faut aider les entreprises dans le tunnel de la mort"

En savoir plus

Moyen-orient

Importantes manifestations à Tel-Aviv pour demander la "justice sociale"

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2011

Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue samedi pour demander notamment au Premier ministre Benjamin Netanyahou une hausse des salaires. Depuis 3 semaines, Israël connaît les plus importantes manifestations de son histoire.

AFP - Près de 250.000 Israéliens manifestaient samedi soir à Tel-Aviv et ailleurs en Israël, pour réclamer la "justice sociale", selon un bilan fourni par la police.

Ces manifestations, les plus importantes dans l'histoire d'Israël sur des sujets sociaux, sont considérées comme un test pour la suite de la contestation qui, commencée il y a trois semaines, continue à prendre de l'ampleur.

Les organisateurs du mouvement chiffrent à plusieurs centaines de milliers le nombre de manifestants, bien au-dessus de la "masse critique" de 200.000 qu'ils espéraient atteindre pour contraindre le gouvernement de droite à céder sur leurs revendications.

Le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, a évalué à "plus 200.000 le nombre de manifestants à Tel-Aviv et à 30.000 ceux rassemblés à Jérusalem" pour la même cause. Selon les medias plus de 250.00 manifestants étaient rassemblés à Tel-Aviv.

Lors d'une précédente manifestation, une semaine plus tôt, plus de 100.000 manifestants avaient défilé à Tel-Aviv et dans plusieurs autres villes du pays.

Arborant des drapeaux israéliens et quelques drapeaux rouges, les manifestants à Tel-Aviv scandaient "le peuple exige la justice sociale", "le peuple contre le gouvernement".

Ils déployaient des banderoles appelant notamment à la "solidarité" et une grande affiche avec l'inscription:"ici c'est l'Egypte" en référence au Printemps arabe et au mouvement de contestation qui a renversé le président égyptien Hosni Moubarak.

Les manifestants réclament de nombreuses mesures: construction massive de logements pour offrir des locations à bas prix, hausse du salaire minimum, taxes sur les appartements inoccupés et école gratuite à tout âge.

A Jérusalem, les manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville puis se sont rendus devant la résidence du Premier ministre, Benjamin Netanyahu.

Déclenché à la mi-juillet contre la hausse effrénée du prix des logements, le mouvement social mobilise surtout les classes moyennes.

Regroupant une quarantaine d'organisations sociales, il dénonce la politique de privatisations à outrance menée par les différents gouvernements qui se sont succédés en Israël depuis plusieurs décennies et la dégradation du service public.

M. Netanyahu a nommé une commission censée ouvrir des négociations avec les dirigeants du mouvement de contestation, justifiant certaines de leurs demandes tout en les accusant de "verser dans le populisme".

 

Première publication : 06/08/2011

  • ISRAËL

    Mobilisation inédite des Israéliens contre la hausse du coût de la vie

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    Cette classe moyenne israélienne qui peine à boucler ses fins de mois

    En savoir plus

  • Sur RFI

    Journée test pour le vaste mouvement de colère sociale en Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)