Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Pentagone et l'Otan enquêtent sur le crash meurtrier de l'hélicoptère

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2011

L'hélicoptère militaire de transport de troupes Chinook qui s'est écrasé samedi, tuant 38 forces spéciales américaines et afghanes, a probablement été abattu, selon l'enquête de l'Otan. Les Taliban ont revendiqué l'attaque.

REUTERS - Les forces américaines en Afghanistan enquêtaient dimanche sur la perte d'un hélicoptère qui a entraîné la mort de 38 hommes à l'ouest de Kaboul mais un responsable à Washington a confié que l'appareil avait probablement été abattu, comme l'affirment les taliban.

L'hélicoptère, un Chinook servant au transport de troupes, s'est écrasé vendredi soir à Syedabad, dans la province de Maidan Wardak, tuant trente soldats américains, sept Afghans et un interprète dont la nationalité n'a pas encore été déterminée, selon le bilan fourni par Kaboul et le Pentagone.

C'est le bilan le plus meurtrier pour les forces américaines en Afghanistan dans un unique incident depuis le début de la guerre il y a près de dix ans.

Le Pentagone et l'Otan ont déclaré dans la nuit de samedi à dimanche que les investigations se poursuivaient pour déterminer l'origine de la destruction de l'appareil.

"L'hélicoptère a été abattu par une roquette en redécollant"

Les taliban disent avoir provoqué la chute de l'hélicoptère en ajoutant avoir perdu huit hommes au cours de combats.

"Ils voulaient attaquer nos moudjahidine qui se trouvaient dans une maison, mais nos moudjahidine ont résisté et détruit un hélicoptère au moyen d'un lance-roquettes", a déclaré par téléphone Zabihullah Mujahid, porte-parole des insurgés.

Parmi les victimes figurent des commandos du "Team 6" des Navy Seals, l'unité qui a exécuté Oussama ben Laden le 2 mai dernier au Pakistan, même si aucun des soldats tués n'avait pris part à l'opération qui a visé le défunt chef d'Al Qaïda, a précisé un responsable américain.

"Aucun mot ne peut décrire la douleur que nous ressentons", a déclaré dans la nuit le général américain John Allen, qui a succédé il y a trois semaines au général David Petraeus à la tête de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) commandée par l'Otan.

"Maintenir le cap"

L'incident survient deux semaines après la fin de la première phase de prise en charge de la sécurité du pays par les forces afghanes, suivant un calendrier de retrait des troupes américaines qui doit s'étaler jusqu'à la fin 2014.

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a assuré dans un communiqué que les Etats-Unis "maintiendraient le cap" afin d'achever leur mission en Afghanistan.

Le président afghan Hamid Karzaï "partage la peine et la tristesse" de son homologue américain Barack Obama ainsi que des familles des victimes américaines et afghanes, a déclaré le palais présidentiel dans un communiqué.

En avril 2005, la chute d'un Chinook avait fait 18 morts, dont trois civils sous contrat. Deux mois plus tard, l'accident d'un hélicoptère du même type avait tué 17 soldats américains.

Si le bilan donné par la présidence afghane se confirme, au moins 375 soldats étrangers ont été tués jusqu'ici en 2011, les Américains en représentant plus des deux tiers, selon le site de surveillance indépendant www.icasualties.com et les statistiques établies par Reuters.

Avec 711 morts, l'année 2010 a été l'année la plus meurtrière pour les forces internationales depuis l'intervention des Etats-Unis en Afghanistan à la fin 2001 et la chute des taliban au pouvoir depuis 1996.

Première publication : 07/08/2011

  • AFGHANISTAN

    Des dizaines de soldats tués lors d'une attaque revendiquée par les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Treize morts dans un attentat suicide revendiqué par les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un proche du président Hamid Karzaï assassiné à Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)