Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Amériques

"Washington sera contraint de prendre des mesures brutales"

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 08/12/2011

À la surprise générale, l’agence de notation Standard & Poor’s a abaissé ce week end la note souveraine des États-Unis de AAA à AA+. Quelles seront les conséquences d'une telle décision ? Réponse avec l'économiste Bernard Aybran.

Coup de tonnerre sur les États-Unis. Dans la nuit de vendredi à samedi, l’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé la note souveraine américaine de "AAA" à "AA+", justifiant sa décision par le fait que le programme voté par le Congrès pour rééquilibrer les finances publiques est "insuffisant pour stabiliser la dette des États-Unis à moyen terme". Une première pour le pays, qui bénéficiait de la meilleure note possible depuis la création de S&P, en 1941...

La nouvelle n'a pas tardé à plonger la planète finance "dans l’inconnu", explique Bernard Aybran, spécialiste économique et directeur de Multigestion Invesco Asset Management, l'un des plus importants gestionnaires d'actifs mondiaux. Au regard de la place des États-Unis dans l'économie mondiale - le dollar étant la principale monnaie de réserve de change, il est considéré comme une valeur refuge -, l'abaissement de leur note pourrait en effet avoir des effets dévastateurs, selon l’expert. Décryptage.

La France menacée ?

Une dégradation de la note souveraine de la France aurait des conséquences catastrophiques sur l'ensemble de la zone euro, dont la stabilité est déjà menacée par une crise de la dette.

"Toutefois, il n'y a pas d'inquiétude à avoir à court et à moyen terme, explique Jean-Michel Six, économiste en chef à l'agence Standard & Poor's pour l'Europe. La note triple A de la dette souveraine française est stable", a-t-il déclaré dimanche au micro de la radio France Inter.

FRANCE 24 - Quel est le sens de l'abaissement de la note américaine ?

Bernard Aybran : Quand la note de la dette des États-Unis baisse, cela signifie qu'il y a un risque, pour leurs créanciers, de ne pas être remboursés. Ceux-ci vont donc leur appliquer un taux d'intérêt plus fort. La première conséquence en sera une augmentation du coût de la dette, car les États-Unis paieront plus cher leur endettement.

À l'inverse, plus la note d'un pays est élevée, plus le taux d’intérêt qui lui est appliqué est faible. Ainsi, si prêter de l’argent à un pays noté "AAA" ne comporte aucun risque, les investisseurs seront plus frileux à prêter de l’argent à une nation notée "AA +". Mais, pour Washington, le coup est d’autant plus dur que la note souveraine des États-Unis est assortie d’une perspective négative, ce qui signifie qu'à moyen terme S&P pourrait à nouveau baisser leur note.

Quelles conséquences aura la décision de S&P sur les ménages américains ?

B.A. : Les ménages américains ne seront pas épargnés à court terme. Si les taux d'intérêt appliqués aux États-Unis montent, une spirale de baisse de la consommation se met en marche : leur hausse entraîne, à son tour, une augmentation du coût du crédit. Or, la consommation des ménages américains repose essentiellement sur le crédit...

De plus, Washington devra rapidement faire des économies. Il n’est pas impossible que le gouvernement supprime, par exemple, le remboursement de certains frais médicaux, allège la présence de policiers dans les rues, ou supprime les bons d’alimentation dont dépendent quelque 40 millions d’Américains… Les États-Unis peuvent être contraints de prendre des mesures radicales brutales pour faire des économies.

Pourquoi la Chine est-elle dans l’embarras ?

B.A. : La Chine est le pays le plus ennuyé par la baisse de la note souveraine des États-Unis, car Pékin est le plus gros porteur d'obligations américaines. La Chine est le premier prêteur de Washington : elle détient quelque 1160 milliards de dollars en bons du Trésor.

Toutefois, la Chine est pieds et poings liés. Elle ne peut prendre le risque de vendre les bons du Trésor qu’elle possède, car une telle décision provoquerait un effondrement des cours et une panique des marchés avec des conséquences internationales dramatiques.

Quelles sont les conséquences, à moyen terme, de l'abaissement de la note américaine sur les économies européennes ?

B.A. : Il y a un risque d’effet domino. La perte du triple A par les États-Unis est susceptible de déstabiliser toute l’économie mondiale, qui fonctionne sur le principe de confiance. Si un pays comme les États-Unis n’est plus sûr, les autres pays peuvent paniquer. L’abaissement de leur note peut faire craindre la dégradation de la note d'autres pays.

En Italie et en Espagne, où les notes sont déjà dégradées ("A+" pour le premier, "AA" pour le second), les tensions montent. C’est un cercle vicieux. Plus les États-Unis vacillent, plus il y a un regain de défiance, et plus il y a un regain de défiance, plus les taux d’intérêt augmentent.

Menace sur la zone euro

Première publication : 08/08/2011

  • FINANCE

    La baisse de la note des États-Unis risque d'accroître leur dette

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    LA BCE s'engage à racheter davantage de dette publique

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Branle-bas de combat européen pour éviter la panique sur les marchés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)