Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Economie

La Banque centrale américaine ne compte pas revoir à la hausse son taux directeur

Vidéo par Valentine OBERTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2011

La banque centrale des États-Unis a décidé de conserver son taux d'intérêt directeur actuel, proche de zéro au moins jusque mi-2013. Cette annonce a plombé Wall Street qui, après un début de séance dans le vert, a replongé dans le rouge.

AFP - La banque centrale des Etats-Unis (Fed) a annoncé mardi qu'elle allait garder son taux d'intérêt directeur près de zéro "au moins jusque mi-2013" et qu'elle envisageait de nouvelles mesures de relance pour aider l'économie.

La Fed a indiqué dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion d'un jour de son comité de politique monétaire que son taux d'intérêt directeur, maintenu entre 0% et 0,25% depuis décembre 2008, devrait rester à ce niveau au moins deux ans encore.

C'est la première fois que la Fed prend un engagement aussi précis. Jusque-là, elle prévoyait de le maintenir à ce niveau "pendant une longue période".

Sur les dix membres du comité de politique monétaire dotés d'un droit de vote, trois "se sont opposés à ce changement".

La Fed a également indiqué que le comité avait réfléchi à de nouvelles mesures de relance. "Le comité a discuté de l'ensemble des outils politiques à sa disposition pour promouvoir une reprise économique plus forte dans un contexte de stabilité des prix", a-t-elle expliqué.

Le détail des mesures envisagées n'a pas été fourni. Il pourrait apparaître dans le compte-rendu de cette réunion que la Fed doit publier fin août.

Ces annonces ont été justifiées par une croissance "considérablement plus lente" qu'attendu et des risques qui "se sont accrus".

La croissance de la première économie mondiale s'est révélée très décevante depuis le début de l'année, à un rythme annuel de moins de 1% au premier semestre, alors que la Fed tablait sur plus de 3% début 2011.

Cette croissance a été nettement insuffisante pour permettre à la banque centrale de remplir sa mission légale, assurer le "niveau maximal d'emploi" aux Etats-Unis.

"Les indicateurs montrent une détérioration de la conjoncture générale sur le marché de l'emploi ces derniers mois, et le taux de chômage a augmenté", a relevé la Fed.

Le communiqué de la banque centrale ne comporte en revanche pas de mention de l'évolution récente des marchés financiers, mis à part pour relever la baisse "récemment" des prix des matières premières, qui devrait selon l'institution apaiser les pressions inflationnistes.

Pour le moment, la Fed a décidé de maintenir la politique qui gouverne ses injections de liquidités dans le système financier: réinvestir quand les titres qu'elle détient parviennent à maturité, afin de garder un niveau constant de soutien à l'économie.

Menace sur la zone euro

 

Première publication : 09/08/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Wall Street reprend des couleurs dans le sillage des marchés européens

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Dégringolade des Bourses asiatiques malgré les appels au calme

    En savoir plus

  • FINANCE

    L'once d'or profite de la volatilité des marchés pour atteindre 1 704 dollars

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)