Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Regain de tension au Burundi entre 2 et 4 morts depuis mardi soir

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le corps d'un enfant syrien mort noyé, terrible symbole de la crise des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Joseph Stiglitz : "Les politiques qui ont mené à la crise dominent toujours"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Inde - Pakistan : une nouvelle génération prend les armes au Cachemire

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

De la Syrie à la Hongrie : une famille sur la route de l'exil

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Humour belge garanti dans "Le tout nouveau testament"

En savoir plus

FACE À FACE

Rentrée politique : les défis de François Hollande

En savoir plus

Moyen-orient

Les émeutes s'étendent à plusieurs villes britanniques

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/12/2011

Les émeutes ont fait tache d'huile à Londres, où des policiers ont été déployés en nombre. À Manchester et dans d'autres villes, des affrontements ont également eu lieu. Le pays connaît une quatrième nuit mouvementée.

AFP - Les émeutes, qui secouent la Grande-Bretagne depuis ce week-end, ont repris mardi en fin d'après-midi près de Birmingham (centre), la deuxième ville du pays, et à Manchester (nord-ouest), a annoncé la police.

La police sous le vent de la critique

A Manchester, qui n'avait jusqu'à présent pas été touchée par les violences de ces derniers jours, une vingtaine de jeunes ont lancé des briques sur des voitures de police avant d'être dispersés, et plusieurs magasins ont été incendiés.

"Quelques magasins ont été attaqués par des groupes de jeunes qui se sont rassemblés et semblent déterminés à provoquer des désordres", a déclaré le chef adjoint de la police de Manchester, Terry Sweeney.

A West Bromwich, une localité proche de Birmingham, environ 200 personnes derrière des barricades ont envoyé des projectiles en direction des forces de l'ordre, incendié des véhicules et vandalisé des magasins, selon la police et la BBC. A Wolverhampton, dans la banlieue de Birmingham, des magasins ont également été livrés à des pillages, a indiqué la police.

Birmingham avait été le théâtre de violences dans la nuit de lundi à mardi, où des magasins du centre ville avaient été pillés et un commissariat de police incendié. Plus de 130 personnes ont été interpellées après ces incidents.

Depuis le début des violences samedi en Grande-Bretagne, les émeutiers ont souvent pris la police pour cible et 111 membres des forces de l'ordre ont été blessés à Londres.

Les autorités envisagent l'usage de flash-balls
Aucun incident n'était répertorié dans la capitale mardi en début de soirée, mais la tension était perceptible, des commerçants ayant baissé leur rideau dès la fin de l'après-midi, notamment dans le quartier de Camden, où la police patrouillait en force pour éviter de nouveaux incidents.

Les premières émeutes avaient éclaté samedi à Londres après une manifestation dénonçant la mort jeudi d'un homme tué par des policiers d'une balle dans la poitrine. L'expertise balistique a conclu mardi que rien ne permettait de prouver que l'homme avait ouvert le feu sur les policiers.

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé mardi une réunion du Parlement en session extraordinaire jeudi, après une quatrième journée consécutive de violences qui ont fait un mort, et le déploiement de 16.000 policiers à Londres.


"beaucoup d'inquiétude, beaucoup d'incertitudes"

Revivez les événements du jour dans notre liveblogging consacré à la situation au Royaume-Uni
, ci-dessous




 

Première publication : 09/08/2011

  • ROYAUME-UNI

    Décès d'un homme blessé par balle lors des émeutes

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    David Cameron convoque les parlementaires pour une réunion de crise

    En savoir plus

  • Emeutes de Londres: pouvait-on s'y attendre?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)