Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Soutien de Valls à Macron : Le PS est-il mort ?

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : le difficile parcours des "dublinés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Perez, le photographe derrière l’acteur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le meurtre de deux inspecteurs de l'ONU, signe du chaos en RDC"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Samsung présente son nouveau smartphone

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, M. Déloyal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye, l'Union européenne !

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : ouverture de 2 enquêtes après la mort des experts onusiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : et maintenant?

En savoir plus

FRANCE

L'arme saisie a bien tué les deux touristes françaises

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2011

La justice argentine a confirmé mercredi que la carabine saisie dans le cadre de l'enquête sur le meurtre des deux touristes françaises était bien celle du crime. Les corps des victimes ont été rapatriés ce matin à Paris.

AFP - Les analyses balistiques ont confirmé que la carabine de calibre 22 saisie lors des arrestations effectuées samedi dernier a bien servi à tuer le mois dernier deux jeunes touristes françaises près de Salta, dans le nord de l'Argentine, a annoncé mercredi la justice.

"Le résultat des analyses sur l'arme saisie aux personnes arrêtées est positif. L'arme saisie samedi, une carabine de calibre 22, est l'arme du crime", a déclaré à l'AFP Marcelo Baez, porte-parole de la justice à Salta.

Le résultat de l'analyse a été communiqué par téléphone au juge chargé du dossier, Martin Perez, a ajouté le porte-parole.

Les corps de Cassandre Bouvier, 29 ans, et Houria Mounmi, 24 ans, tuées par balles, avaient été découverts le 29 juillet dans la réserve naturelle de la Quebrada de San Lorenzo, à une douzaine de kilomètres de Salta et à 1.600 kilomètres au nord de Buenos Aires.

La carabine avait été saisie lors de l'arrestation de six suspects samedi dernier. "L'un des détenus, Gustavo Lasi, avait donné l'arme à son père Walter Lasi pour qu'il la cache. Les Lasi sont très impliqués" dans cette affaire, a souligné le porte-parole de la justice.

Au total, sept personnes sont détenues dans le cadre de l'enquête. Elles ont toutes été entendues par le juge Martin Perez.

Première publication : 10/08/2011

  • ARGENTINE

    Avancée décisive de la police dans l'enquête sur le meurtre des deux françaises

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    La police a saisi l'arme du crime des deux étudiantes françaises

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Paris ouvre une information judiciaire sur le meurtre des deux Françaises

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)