Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FRANCE

L'agence financière Fitch dégrade une nouvelle fois la note de Chypre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/08/2011

L'agence Fitch Ratings a annoncé mercredi avoir abaissé la note de Chypre de A- à BBB avec perspective négative, alors que le gouvernement a présenté le même jour un plan d'austérité de 600 millions d'euros pour lutter contre son déficit public.

AFP - L'agence de notation financière Fitch a dégradé mercredi la note de la dette à long terme de Chypre, la faisant reculer de deux crans à "BBB", assortie d'une perspective négative, et estimé que le pays aurait besoin d'un plan de sauvetage de l'Union européenne.

Fin juillet, les deux autres grandes agences de notation, Moody's et Standard and Poor's avaient déjà abaissé la note de Chypre de deux crans à "Baa1" pour la première, et d'un cran à "BBB+" pour la deuxième, dans les deux cas avec une perspective négative.

Menace sur la zone euro

"La dégradation de deux crans de la note de Chypre à +BBB+ reflète le dérapage fiscal actuel et à venir", a expliqué Fitch dans un communiqué, ajoutant que le pays, membre de la zone euro, ne pourrait "pas accéder aux marchés internationaux" pour refinancer sa dette.

Dans les conditions actuelles du marché, "Fitch pense que le gouvernement ne pourra pas faire face à ses échéances sans une assistance officielle externe", explique le communiqué, tandis que Chris Pryce, analyste de l'agence, a confirmé par téléphone qu'il s'agissait d'une allusion à un plan de sauvetage européen.

Selon l'agence, les besoins de financement de Chypre seront de 1,1 milliard d'euros avant fin 2011 et de 1,2 milliard d'euros en janvier et février 2012.

Parallèlement, le déficit budgétaire pour 2011 "est désormais près de 7%, et la hausse par rapport aux 4% de la dernière analyse de l'agence en juin ne peut pas être attribuée à l'explosion à la base navale qui a détruit la moitié de la capacité de production énergétique de Chypre", selon le communiqué.

Le 11 juillet, l'explosion d'une cargaison d'armes sur une base navale, qui a fait 13 morts, a détruit la principale centrale électrique du pays. Celle-ci produisait 60% de l'électricité de la République de Chypre, qui couvre les deux tiers de l'île, le tiers restant étant sous occupation turque depuis 1974.

Première publication : 10/08/2011

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy convoque une réunion en urgence sur la crise financière

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La Banque centrale américaine ne compte pas revoir à la hausse son taux directeur

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Après le rebond de Wall Street, les Bourses passent dans le vert en Asie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)