Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Apple Pay, S-Money , Big Data bancaire : une affaire de gros sous

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth de Tania Saleh, Alexandre Paulikevitch, Sarah Beydoun et Selim Mouzannar

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki

En savoir plus

BILLET RETOUR

Norvège : vivre après le massacre d’Utoya

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : des législatives sous tension

En savoir plus

REPORTERS

Catalogne, la rebelle espagnole

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : un policier tué dans une fusillade dans la banlieue de Tunis

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 11/08/2011

Les internautes britanniques tentent d’identifier les pilleurs

Les internautes britanniques tentent d’identifier les pilleurs. L’identité d’une blogueuse arabo-américaine suscite de nombreuses questions sur la toile. Une vidéo résume en une minute le voyage d’un Australien autour du monde.

Royaume-Uni : les internautes traquent les émeutiers

Pour la quatrième nuit consécutive, plusieurs villes du Royaume-Uni ont été le théâtre d'émeutes. Des violences ont notamment éclaté à Manchester, jusqu’alors épargnée, et Birmingham où 3 hommes sont morts dans la nuit de mardi à mercredi alors que semblait régner un calme précaire sur Londres où un important dispositif policier a été mis en place pour empêcher les pillages. Une situation face à laquelle les citoyens britanniques ont décidé de réagir.

Le site « catch a looter » « attrapez un pilleur » en français a ainsi été créé par un internaute anonyme pour appeler les Britanniques à identifier les vandales. Des dizaines de photos d’hommes et de femmes ayant pris part aux violences ou ayant volé des produits dans des magasins sont mises en ligne accompagnées d’un commentaire indiquant généralement où les clichés ont été pris.

Une initiative incitant les citoyens à la délation également relayée sur le site de la police de Londres qui demande aux habitants de lui fournir toutes informations susceptibles de permettre l’arrestation des fauteurs de trouble. 

Des habitants de Londres qui pour certains ont décidé d’assurer leur propre sécurité. Plusieurs vidéos amateurs comme celles-ci filmées dans le quartier d’Enfield circulent ainsi sur les sites de partage et montrent des groupes d’autodéfense patrouiller dans les rues pour empêcher les casseurs de se livrer à de nouvelles violences. D’autres résidants de la capitale tentent eux de parler directement aux émeutiers à l’image de cette femme qui les appelle à cesser les pillages et qui rappelle que c’est leur propre communauté qu’ils saccagent.

Des événements qui ont poussé des internautes britanniques à lancer l’opération « Tasse de thé » sur Facebook. Un projet qui invite les citoyens outrés par les émeutes à mettre en ligne une photo sur laquelle ils boivent du thé. Objectif : démontrer que tous les habitants du Royaume ne sont pas des casseurs. 

 

Liliane Khalil, vraie blogueuse ou imposture ?

Qui est Liliane Khalil ? C’est la question que se posent de nombreux internautes qui enquêtent actuellement sur la véritable identité de cette blogueuse arabo-américaine. Une enquête menée sur Internet et les réseaux sociaux à la recherche de traces laissées en ligne par cette supposée journaliste qui a soutenu tous les soulèvements dans les pays arabes excepté celui du printemps dernier à Barheïn.

Une prise de position étonnante qui a attiré l’attention d’un certain nombre d’internautes dont Marc Owen Jones, spécialiste du Bahreïn qui s’interroge sur les liens de la blogueuse avec l’émirat du Golfe Persique. Et ce notamment suite à un article publié au mois d’avril où elle faisait état de connexions avérées entre l’organisation des droits de l’homme du Bahreïn et l’Iran. Un article qui avait suscité une vive polémique à l’époque sur le Web.

Mais c’est avant tout le CV de la blogueuse qui fait douter la blogosphère. En effet, selon Marc Owen Jones, Liliane Khalil aurait inventé de toutes pièces les événements auxquels elle prétend avoir participé et les interviews qu'elle dit avoir réalisées. Elle affirmait ainsi avoir travaillé comme journaliste pour le journal turc Sabah, qui dit ne pas la connaître. Et trois articles qu'elle affirmait avoir écrits pour ce journal étaient en fait ceux d’une agence de presse, qu'elle avait recopiés.

Plus troublant encore, la photo de son compte Twitter suivi par plus de 3000 utilisateurs correspond en réalité à celle d’une autre internaute, Gisèle Cohen, une employée d’une clinique située à Atlanta aux Etats-Unis.

En attendant de nouvelles révélations, les internautes s’interrogent sur les raisons de la présence de Khalil sur Internet. Est-elle un agent au service de la propagande des autorités du Bahreïn ou s’agit-il d’un canular venu de l’Occident ? Une affaire qui n’est pas sans rappeler celle de la supposée blogueuse homosexuelle syrienne qui tenait le blog « A gay girl in damascus » et qui s’était finalement avérée être un étudiant américain du nom de Tom MacMaster.

 

Une barrière électronique entre les professeurs et leurs élèves

Au Missouri, un projet de loi qui entrera en vigueur à la fin du mois encadre très strictement les relations entre professeur et élève sur le web. En interdisant tout échange autre que professionnel sur Internet, ce texte entraîne par exemple l’interdiction, pour tout enseignant, d’avoir l’un de ses élèves dans ses contacts Facebook. Une loi contraignante que certains professeurs considèrent comme allant trop loin.

 

Un livre de cuisine très branché

Une recette de cuisine expliquée en 140 caractères, c’est le défi qui a été lancé par l’association Foodcycle aux utilisateurs de Twitter. En utilisant la longueur limite des messages sur le réseau social, les participants ont donc posté des dizaines de propositions, dont 50 ont été retenues pour figurer dans un livre, intitulé « Tweet Pie » vendu en ligne. L’argent récolté sera reversé à l’association, qui lutte contre la malnutrition.

 

Vidéo du jour

Parcourir le monde entier et découvrir ses merveilles sans avoir à quitter son salon : c’est ce que propose cette vidéo qui fera voyager les internautes aux quatre coins de la planète. Un périple de 6 semaines résumé dans un très joli clip d’une minute réalisé pour le compte d’une agence de voyage australienne.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/10/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

Au sommaire de cette édition : les internautes sud-africains réagissent à la condamnation d’Oscar Pistorius; aux Etats-Unis, une fête dégénère en émeute dans le New Hampshire; et...

En savoir plus

23/10/2014 Réseaux sociaux

La Toile mexicaine réclame la démission du président

Au sommaire de cette édition : au Mexique, les internautes réclament la démission de leur président; des jouets inspirés de la série « Breaking Bad » provoquent la polémique aux...

En savoir plus

21/10/2014 Réseaux sociaux

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

Au sommaire de cette édition : des costumes "Ebola" commercialisés pour Halloween choquent la Toile américaine; le "donut selfie" est la nouvelle tendance en vogue sur les...

En savoir plus

18/10/2014 Réseaux sociaux

Data centers : un coût énergétique trop élevé

Depuis deux ans, des habitants de La Courneuve, dans la banlieue nord de Paris, vivent avec un data center en face de chez eux. Ils sont inquiets car ce bâtiment, qui héberge des...

En savoir plus

20/10/2014 Réseaux sociaux

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

Au sommaire de cette édition : des Africains dénoncent la stigmatisation dont ils sont victimes face à Ebola; un mannequin de vitrine suscite la polémique en Nouvelle-Zélande; et...

En savoir plus