Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Moyen-orient

Deux personnes tuées dans une explosion près de Beyrouth

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2011

Une déflagration a retenti à Antelias, dans la banlieue de la capitale libanaise, provoquant la mort de deux personnes. La police, qui tente d'en déterminer l'origine, affirme que les victimes manipulaient des explosifs à l'intérieur d'une voiture.

AFP - Deux personnes ont été tuées jeudi en maniant des explosifs sur un parking d'une banlieue chrétienne de Beyrouth, a indiqué à l'AFP un responsable de la police.

La forte explosion qui a secoué la localité d'Antelias (est) a aussi fait un blessé, un passant, a-t-il précisé sous couvert d'anonymat.

"Deux personnes ont été tuées dans l'explosion qui a eu lieu sur un parking, près d'un centre commercial", a indiqué ce responsable. Les deux victimes, identifiées comme Ihsan Dia et Hassan Nassar, manipulaient des explosifs.

"Soit ils portaient la bombe soit ils avaient des explosifs attachés sur eux au moment de l'explosion, leurs corps étant déchiquetés. Ils se trouvaient à l'intérieur d'une voiture ou se tenaient debout juste à côté", a-t-il poursuivi.

Plusieurs voitures dans le parking ont été endommagées par l'explosion.

Un porte-parole de la police a indiqué qu'une voiture appartenant au fils du juge libanais Albert Serhan était dans le parking au moment de l'explosion mais il n'était pas clair si elle était visée.

"Mon fils est un ingénieur et il gare sa voiture dans ce parking situé près de son bureau, comme ses collègues", a déclaré à l'AFP le juge Albert Serhan, joint au téléphone. "Je n'ai jamais été menacé et personne dans ma famille n'est lié à la politique", a-t-il ajouté.

L'armée et les forces de police sont immédiatement arrivées sur place ainsi que la Croix rouge. Un périmètre de sécurité a été mis en place.

L'explosion a provoqué la panique et des craintes d'une répétition des attentats à la voiture piégée qui ont visé entre 2004 et 2008 des journalistes et des hommes politiques opposés à la Syrie, ancienne puissance de tutelle au Liban.

L'ex-Premier ministre Rafic Hariri avait été assassiné le 14 février 2005 dans un attentat à l'explosif qui avait coûté la vie à 22 autres personnes.

Cet assassinat avait provoqué des protestations massives dans le pays qui, doublées de pressions internationales, avaient contraint la Syrie à retirer ses troupes du Liban en avril 2005, mettant fin à 29 ans de présence militaire sur le territoire de son petit voisin.
 

Première publication : 11/08/2011

  • LIBAN

    Le Premier ministre Mikati affirme que son gouvernement va coopérer avec le TSL

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah exclut l'arrestation de quatre suspects dans l'assassinat de Rafic Hariri

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)