Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

EUROPE

Le match entre Tottenham et Everton reporté en raison des émeutes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2011

Le stade de White Hart Lane, dans le quartier où ont débuté les violences au Royaume-Uni, devait accueillir samedi la rencontre opposant Tottenham à Everton pour la 1ere journée de Premier League. Le match a été reporté en raison des émeutes.

AFP - Le match de la 1re journée du Championnat d'Angleterre entre Tottenham et Everton, prévu samedi à 14h00 GMT, a été reporté à la demande de la police, en raison des violences urbaines à Londres, a annoncé jeudi Richard Scudamore, le patron de la Ligue anglaise de football.

C'est dans le quartier de Tottenham, à quelques mètres du stade de White Hart Lane où évolue Tottenham, que les émeutes ont commencé samedi, avant de se propager à travers Londres puis plusieurs autres villes d'Angleterre.

Les émeutes au Royaume-Uni
Les villes britanniques secouées par des émeutes depuis le 6 août 2011. (Crédit : France 24).

Cette décision a été prise jeudi, à l'issue d'une réunion des directeurs de la première division de football, de leurs homologues des 2e, 3e et 4e divisions et de la police.

"Nous respectons la décision de la police", a indiqué Richard Scudamore.

Le patron de la Premier League (1re division anglaise) a d'autre part indiqué que, pour l'instant, les neuf autres rencontres de cette première journée (en D1) étaient maintenues.

"Nous sommes optimistes pour les neuf autres rencontres de la journée, tant qu'il n'y aura pas de nouveaux incidents. A 18h00 (17h00 GMT) ce soir (jeudi) nous aurons une meilleure idée sur la situation", a-t-il poursuivi.

"La police a fait un travail fantastique mais Tottenham a été une scène de crime toute la semaine et la mairie n'a pas eu assez de temps pour faire ce qu'elle devait faire. C'est vraiment dommage mais nous soutenons la police dans son action. Elle souhaite autant que nous que ces matches se jouent", a expliqué Richard Scudamore sur Sky Sports News.

Tottenham a publié un communiqué sur son site internet jeudi. "Après des discussions avec les autorité à propos du match face à Everton ce week-end, il a été confirmé que le match a été reporté pour des soucis de sécurité au niveau de l'accès au stade. Nous présentons nos excuses aux supporters pour ce report dû à ces problèmes extérieurs au club."

"La bonne décision"

"Bien que je sois déçu, c'est la bonne décision compte tenu des circonstances", a écrit le capitaine et défenseur d'Everton, Phil Neville sur son compte Twitter.

Suite aux émeutes qui sévissent dans la capitale depuis samedi, le match international amical entre l'Angleterre et les Pays-Bas, prévu mercredi soir à Wembley, avait été annulé, tout comme celui entre le Ghana et le Nigeria, qui devait avoir lieu mardi soir à Watford (nord de la capitale).

Enfin, cinq rencontres du 1er tour de la Coupe de la Ligue qui devaient se jouer mardi à Londres (West Ham, Charlton et Crystal Palace) et à Bristol (City et Rovers) avaient également été reportées.

La nuit dernière a été calme en Grande-Bretagne pour la première fois depuis le début des violences ce week-end dans le pays, où un important dispositif policier et la pluie dans plusieurs villes semblent avoir dissuadé les émeutiers de faire régner la terreur une cinquième nuit de suite.

Plus d'un millier de personnes ont été arrêtées en Grande-Bretagne depuis samedi. A Londres seule, 888 personnes ont été interpellées et 371 inculpées, selon le dernier bilan communiqué jeudi par Scotland Yard.
 

Première publication : 11/08/2011

  • ANGLETERRE

    Le football anglais pris en otage par les émeutes

    En savoir plus

  • Les médias britanniques font la chasse aux émeutiers

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Première nuit sans émeutes dans l'ensemble du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)