Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Moyen-orient

Moscou et Pékin s'opposent à de nouvelles sanctions contre Damas

©

Vidéo par Rebecca BOWRING , Nabia MAKHLOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/08/2011

Soutenus par le Brésil, l'Inde et l'Afrique du Sud, les représentants russes et chinois au Conseil de sécurité de l'ONU ont répété qu'ils refusaient fermement le vote d'un nouveau train de sanctions contre le régime de Bachar al-Assad.

REUTERS - La Russie et la Chine, soutenues par l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud, se sont opposées mercredi à l'idée de nouvelles sanctions contre la Syrie, que les Occidentaux défendent comme une nouvelle étape logique face à la répression sanglante des manifestations contre le président Bachar al Assad.

Civils tués à Homs

Les forces syriennes ont tué 15 civils qui manifestaient mercredi à Homs contre le président Bachar al Assad qui reste sourd aux appels internationaux à cesser la répression sanglante, a déclaré un groupe d'opposants.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a affirmé qu'au moins 15 civils avaient trouvé la mort lors de l'assaut armé mené sur le quartier résidentiel de Bab Amro, à Homs, selon Reuters.

A l'issue d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité, consacrée à l'examen de la réponse syrienne à sa déclaration du 3 août appelant à la "fin immédiate de toute violence", des diplomates ont dit ne voir aucun signe de la part des pays "BRIC" à changer de position malgré les offensives menées par l'armée syrienne au cours de la semaine écoulée.

Les représentants de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne et du Portugal ont souligné devant la presse que Damas avait ignoré les exigences du Conseil.

Lors de la réunion, le secrétaire général adjoint de l'Onu aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco a déclaré que les violences contre les manifestants se poursuivaient et que près de 2.000 civils avaient péri depuis mars, 188 depuis le 31 juillet et 87 dans la seule journée du 8 août.

Le représentant adjoint du Royaume-Uni, Philip Parham, a jugé inévitables des sanctions contre la Syrie en cas de poursuite de la répression, un sentiment auquel ont fait écho ses collègues français, allemand et portugais.

Mais l'ambassadeur de Russie, Vitali Tchourkine, a qualifié d'inutiles les nouvelles sanctions annoncées dans la journée contre Damas par Washington.

Moscou a selon lui clairement signifié aux autorités syriennes qu'il leur fallait mettre en place au plus vite les réformes politiques annoncées. "Nous sommes tout à fait conscients que cela prend du temps, en particulier dans une situation dramatique comme celle-là, mais on ne peut pas mettre en oeuvre des réformes du jour au lendemain", a-t-il dit.

Le représentant syrien à l'Onu, Bachar Djafari, a de son côté accusé les Européens de présenter de manière biaisée les événements en Syrie et d'ignorer délibérément les promesses de réforme et de dialogue national annoncées par Bachar al Assad.

Il a notamment reproché au Premier ministre britannique David Cameron d'utiliser le terme de bandes pour les émeutes en Angleterre mais ne pas tolérer son emploi par Damas qui accuse des groupes armés de fomenter les troubles.

Ce parallèle entre les violences outre-Manche et la répression en Syrie a été jugé "absurde" par Philip Parham.


 

Première publication : 11/08/2011

  • SYRIE

    Bachar al-Assad reconnaît que des "erreurs" ont été commises

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud diligentent une mission à Damas

    En savoir plus

  • Les internautes syriens continuent de témoigner de la répression en cours dans le pays

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)