Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La diplomatie économique, avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

Economie

Berlin invite les Européens à interdire les ventes à découvert

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2011

L'Allemagne, qui prohibe déjà partiellement la pratique des ventes à découvert, est favorable à une interdiction générale en Europe. Ce procédé financier est accusé d'aggraver la chute des valeurs boursières les plus fragiles.

AFP - L'Allemagne est favorable à une interdiction des ventes à découvert dans toute l'Europe, a indiqué vendredi le ministère des Finances, saluant les décisions prises en ce sens par la France, l'Italie, l'Espagne et la Belgique.

L'Allemagne interdit les ventes à découvert dites "à nu" depuis l'an dernier, et ce sur tous les titres cotés, a rappelé le ministère dans une prise de position écrite.

"Nous nous engageons pour une interdiction substantielle des ventes à découvert en Europe", a-t-il poursuivi, "seule à même de contrer de manière convaincante la spéculation destructive".

La Grande-Bretagne a aussitôt fait savoir qu'elle n'envisageait pas d'interdire les ventes à découvert.

La France, l'Italie, l'Espagne et la Belgique, dont les Bourses, et surtout les valeurs financières, ont été dans le collimateur des investisseurs ces derniers jours, ont annoncé des mesures pour restreindre la pratique des ventes à découvert. Elles sont limitées dans le temps, en France et en Italie, ou ne concernent que certains titres.

LE MÉCANISME DES VENTES À DÉCOUVERT
La fédération allemande des banques privées BdB considère que ces mesures nationales, "patchwork de règles différentes", "sont acceptables de manière temporaire pour calmer les marchés dans une situation d'exception, mais ne doivent pas se pérenniser", a commenté vendredi son président Michael Kemmer.

Le BdB milite pour "des règles européennes raisonnables, qui doivent prendre en compte le fait que les ventes à découvert remplissent une fonction importante dans la constitution des prix". La fédération est contre un interdiction pure et simple du mécanisme.

Celui-ci consiste à emprunter un actif dont on pense que le prix va baisser et à le vendre, avec l'espoir d'empocher une forte différence au moment où il faudra le racheter pour le rendre au prêteur. Cette pratique est accusée de précipiter la chute des actions les plus fragiles, et d'aggraver l'instabilité sur les marchés financiers.

L'autorité allemande des marchés financiers Bafin avait décidé en mai 2010, au coeur de la première crise de la dette grecque, d'interdire les ventes à découvert "à nu", forme poussée à l'extrême de la vente à découvert, où l'actif vendu n'est même pas emprunté.

"un petit choc psychologique"
La décision du Bafin, qui avait été critiquée par les partenaires de l'Allemagne comme une initiative non concertée, concernait au départ seulement une dizaine de titres financiers de la Bourse de Francfort.

Mais elle a ensuite été étendue à toutes les actions négociées en Allemagne, et transposée dans une loi en juillet 2010. L'interdiction vaut aussi pour la vente à nu de "credit default swap" (CDS) sur des titres de dette souveraine.

Les CDS sont des contrats d'assurance contre le défaut de paiement, qui font l'objet d'un marché spéculatif à part entière et dont les échanges sont accusés d'amplifier les mouvements de marché.

Menace sur la zone euro

Première publication : 12/08/2011

  • ÉCONOMIE

    La croissance française au point mort au deuxième trimestre 2011

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L'Élysée s'engage à accélérer son plan d'économies

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La France peut-elle perdre à son tour sa note AAA ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)