Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 6 mois à la Maison Blanche

En savoir plus

LE DÉBAT

Grève générale contre Maduro : où va le Venezuela ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Grève générale contre Maduro : où va le Venezuela ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un soldat condamné à mort pour l'exécution sommaire d'un civil désarmé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/08/2011

Une condamnation à mort, et six peines de prison à vie. C'est le jugement prononcé contre les soldats responsables de l'exécution sommaire, en juin dernier, d'un jeune civil à Karachi. Une vidéo du drame avait suscité l'indignation.

AFP - La justice pakistanaise a condamné à mort vendredi un soldat coupable d'avoir exécuté sommairement un civil désarmé en juin dernier en plein coeur de Karachi, mégalopole du sud déchirée par les violences, un drame filmé dont la vidéo avait soulevé l'indignation.

Le tribunal a également condamné cinq autres soldats et un civil à la prison à perpétuité pour le meurtre de Sarfaraz Shah, 22 ans, abattu le 8 juin par balles en public après avoir été accusé de vol.

L'exécution sommaire avait été filmée en gros plan par un cameraman d'une chaîne de télévision qui ne semble pas avoir gêné les meurtriers. Les images, très claires, qui circulent depuis sur YouTube, sont sans équivoque, filmées par un caméraman d'une chaîne locale de télévision, Awaz TV.

La scène, qualifiée d'"équivalent d'une exécution extra-judiciaire" par la Cour suprême, la plus haute juridiction du pays, avait choqué les Pakistanais jusqu'au sein de l'Assemblée nationale, des députés n'hésitant pas à qualifier jeudi les militaires en cause de "terroristes en uniforme".

En juin, le juge Iftikhar Mohammad Chaudhry, président de la Cour suprême, s'était saisi de cette affaire et avait sommé le gouvernement de s'expliquer.

Le meurtre a eu lieu à Karachi, la gigantesque capitale économique du Pakistan, théâtre chaque jour de dizaines de meurtres liés à la criminalité omniprésente et à des rivalités politiques et ethniques très sanglantes, et où l'armée et la police ont déployé cette année des renforts massifs.
 

Première publication : 12/08/2011

COMMENTAIRE(S)