Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement s'accorde avec l'opposition d'Aung San Suu Kyi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2011

Après deux semaines de négociations, le gouvernement birman et l'opposition, menée par le Prix Nobel de la paix 1991 Aung San Suu Kyi, se sont accordés notamment pour assurer la stabilité et le développement économique du pays.

REUTERS - Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix 1991 et dirigeante de l'opposition birmane, a accepté de coopérer avec le gouvernement pour assurer le développement économique et la stabilité au pays.

Aung San Suu Kyi, 66 ans, qui était en résidence surveillée jusqu'en novembre dernier, et le ministre de Travail, Aung Kyi, se sont rencontrés durant un peu moins d'une heure vendredi dans l'ex-capitale du pays Rangoun. Il s'agissait de leur second entretien en un peu plus de deux semaines.

Les deux parties se sont engagées à "coopérer en vue d'assurer la stabilité, la tranquillité et le développement du pays", afin de répondre aux "véritables besoins de toute la population".

Lors d'une conférence de presse dans la nouvelle capitale, Napyitaw, le ministre de l'Information, Kyaw Hsan, a pour sa part tendu un rameau d'olivier à Aung San Suu Kyi et à son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

"En vue d'une réconciliation nationale, le gouvernement, prudemment, est en train de traiter la question de la LND, qui n'a juridiquement pas le droit d'exister, en offrant à celle-ci l'occasion de servir l'intérêt national", a-t-il déclaré.

La LND a officiellement été dissoute parce qu'elle refusait de participer aux élections de l'an dernier.

Aung San Su Kyi a veillé à ne pas affronter directement le gouvernement depuis sa libération et s'est gardée de critiquer le dernier scrutin, largement perçu à l'étranger comme un simulacre qui, sous couvert de démocratie, a assuré le maintien au pouvoir du régime.

Le gouvernement et la junte militaire semblent avoir adouci leur position envers Aung Saan Suu Kyi, la critiquant occasionnellement mais la laissant libre de ses déplacements et de rencontrer diplomates et journalistes.

Première publication : 12/08/2011

  • BIRMANIE

    La junte demande à Aung San Suu Kyi de cesser ses activités politiques

    En savoir plus

  • Les hydrocarbures, nouveau financement de la junte

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi est libre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)