Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le gouvernement s'accorde avec l'opposition d'Aung San Suu Kyi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2011

Après deux semaines de négociations, le gouvernement birman et l'opposition, menée par le Prix Nobel de la paix 1991 Aung San Suu Kyi, se sont accordés notamment pour assurer la stabilité et le développement économique du pays.

REUTERS - Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix 1991 et dirigeante de l'opposition birmane, a accepté de coopérer avec le gouvernement pour assurer le développement économique et la stabilité au pays.

Aung San Suu Kyi, 66 ans, qui était en résidence surveillée jusqu'en novembre dernier, et le ministre de Travail, Aung Kyi, se sont rencontrés durant un peu moins d'une heure vendredi dans l'ex-capitale du pays Rangoun. Il s'agissait de leur second entretien en un peu plus de deux semaines.

Les deux parties se sont engagées à "coopérer en vue d'assurer la stabilité, la tranquillité et le développement du pays", afin de répondre aux "véritables besoins de toute la population".

Lors d'une conférence de presse dans la nouvelle capitale, Napyitaw, le ministre de l'Information, Kyaw Hsan, a pour sa part tendu un rameau d'olivier à Aung San Suu Kyi et à son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

"En vue d'une réconciliation nationale, le gouvernement, prudemment, est en train de traiter la question de la LND, qui n'a juridiquement pas le droit d'exister, en offrant à celle-ci l'occasion de servir l'intérêt national", a-t-il déclaré.

La LND a officiellement été dissoute parce qu'elle refusait de participer aux élections de l'an dernier.

Aung San Su Kyi a veillé à ne pas affronter directement le gouvernement depuis sa libération et s'est gardée de critiquer le dernier scrutin, largement perçu à l'étranger comme un simulacre qui, sous couvert de démocratie, a assuré le maintien au pouvoir du régime.

Le gouvernement et la junte militaire semblent avoir adouci leur position envers Aung Saan Suu Kyi, la critiquant occasionnellement mais la laissant libre de ses déplacements et de rencontrer diplomates et journalistes.

Première publication : 12/08/2011

  • BIRMANIE

    La junte demande à Aung San Suu Kyi de cesser ses activités politiques

    En savoir plus

  • Les hydrocarbures, nouveau financement de la junte

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi est libre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)