Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

Moyen-orient

"Comment pourrais-je être surpris par l'arrestation d'un militant des droits de l'Homme ?"

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 12/08/2011

À Damas, les autorités ont arrêté le président de la Ligue des droits de l'Homme, Abdel Karim Rihaoui. Un autre militant particulièrement actif, Rami Abdel Rahmane, assure depuis Londres que "plus rien ne l'étonne" de la part du régime.

Jeudi soir, Abdel Karim Rihaoui, l'un des militants syriens les plus actifs du pays, a été arrêté par la police syrienne. Selon des organisations de défense des droits de l'Homme, il seraient près de 15 000 à avoir subi le même sort.

Président de la Ligue syrienne des droits de l'Homme depuis 2004, il était l'une des principales sources d'information des médias étrangers. Vendredi, le gouvernement français a appelé à sa libération immédiate.

Le président de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, Rami Abdel Rahmane, en exil à Londres, ne se déclare absolument pas surpris par cette arrestation. Et appelle la communauté internationale à "des actes plutôt que des paroles".

 

France24.com : Avez-vous des nouvelles d'Abdel Karim Rihaoui ?

Rami Abdel Rahmane : Non, nous n’en avons aucune. Nous savons juste qu’il a été arrêté jeudi dans le café Havana, à Damas, vers 15 heures. Son arrestation intervient après ses déclarations concernant les évènements qui secouent la Syrie depuis mars et ses prises de position vis-à-vis des droits de l’Homme dans notre pays.

France24.com : Avez-vous été surpris par son arrestation ?

R. A. R. : C’est vrai que c’est la première fois qu’il est arrêté, mais comment pourrais-je être surpris ? Avec ce régime, rien ne m'étonne. Ce que je crains, c’est que des membres de sa famille soient personnellement pris pour cible par les forces de sécurité.

France24.com : Son arrestation va-t-elle avoir un impact sur l’activité de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ?

R. A. R. : Nous disposons d’environ 200 activistes volontaires dans tout le pays - dont certains ont été arrêtés et dont nous restons sans nouvelles. Notre travail consiste à recueillir des témoignages et des informations concernant les arrestations de citoyens, d'intellectuels, d'activistes ou de militants politiques, afin d'informer les opinions publiques syrienne et internationale.

France24.com : Que pensez-vous des propos de Bachar al-Assad, qui a reconnu il y a deux jours des "erreurs" dans la gestion sécuritaire de la crise, tout en continuant à qualifier les manifestants de "terroristes" ?

R. A. R. : Il est libre de déclarer ce qu’il veut. La réalité est qu’aucun responsable politique ou sécuritaire, ni aucun officier n’a été jugé depuis le début de la contestation populaire. Pourtant, il ne se passe pas un jour sans morts et sans arrestations.

France24.com : Vendredi, Paris a demandé la libération d'Abdel Karim Rihaoui. Que pensez-vous de la réaction de la communauté internationale à l'égard de la Syrie ?

R. A. R. : La communauté internationale réagit, mais n’agit pas. Même avant ces évènements, Damas était pressé de libérer les prisonniers politiques et de respecter les droits de l’Homme. Mais le régime a-t-il un jour pris des mesures dans ce sens ? Jamais ! Ce que nous attendons, ce sont des actes, pas des paroles.

 

Première publication : 12/08/2011

  • SYRIE

    La répression fait de nouvelles victimes à travers le pays

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington et Ankara somment Damas "de mettre fin au bain de sang"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Retour sur les dates clés de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)