Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

"Comment pourrais-je être surpris par l'arrestation d'un militant des droits de l'Homme ?"

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 12/08/2011

À Damas, les autorités ont arrêté le président de la Ligue des droits de l'Homme, Abdel Karim Rihaoui. Un autre militant particulièrement actif, Rami Abdel Rahmane, assure depuis Londres que "plus rien ne l'étonne" de la part du régime.

Jeudi soir, Abdel Karim Rihaoui, l'un des militants syriens les plus actifs du pays, a été arrêté par la police syrienne. Selon des organisations de défense des droits de l'Homme, il seraient près de 15 000 à avoir subi le même sort.

Président de la Ligue syrienne des droits de l'Homme depuis 2004, il était l'une des principales sources d'information des médias étrangers. Vendredi, le gouvernement français a appelé à sa libération immédiate.

Le président de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, Rami Abdel Rahmane, en exil à Londres, ne se déclare absolument pas surpris par cette arrestation. Et appelle la communauté internationale à "des actes plutôt que des paroles".

 

France24.com : Avez-vous des nouvelles d'Abdel Karim Rihaoui ?

Rami Abdel Rahmane : Non, nous n’en avons aucune. Nous savons juste qu’il a été arrêté jeudi dans le café Havana, à Damas, vers 15 heures. Son arrestation intervient après ses déclarations concernant les évènements qui secouent la Syrie depuis mars et ses prises de position vis-à-vis des droits de l’Homme dans notre pays.

France24.com : Avez-vous été surpris par son arrestation ?

R. A. R. : C’est vrai que c’est la première fois qu’il est arrêté, mais comment pourrais-je être surpris ? Avec ce régime, rien ne m'étonne. Ce que je crains, c’est que des membres de sa famille soient personnellement pris pour cible par les forces de sécurité.

France24.com : Son arrestation va-t-elle avoir un impact sur l’activité de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ?

R. A. R. : Nous disposons d’environ 200 activistes volontaires dans tout le pays - dont certains ont été arrêtés et dont nous restons sans nouvelles. Notre travail consiste à recueillir des témoignages et des informations concernant les arrestations de citoyens, d'intellectuels, d'activistes ou de militants politiques, afin d'informer les opinions publiques syrienne et internationale.

France24.com : Que pensez-vous des propos de Bachar al-Assad, qui a reconnu il y a deux jours des "erreurs" dans la gestion sécuritaire de la crise, tout en continuant à qualifier les manifestants de "terroristes" ?

R. A. R. : Il est libre de déclarer ce qu’il veut. La réalité est qu’aucun responsable politique ou sécuritaire, ni aucun officier n’a été jugé depuis le début de la contestation populaire. Pourtant, il ne se passe pas un jour sans morts et sans arrestations.

France24.com : Vendredi, Paris a demandé la libération d'Abdel Karim Rihaoui. Que pensez-vous de la réaction de la communauté internationale à l'égard de la Syrie ?

R. A. R. : La communauté internationale réagit, mais n’agit pas. Même avant ces évènements, Damas était pressé de libérer les prisonniers politiques et de respecter les droits de l’Homme. Mais le régime a-t-il un jour pris des mesures dans ce sens ? Jamais ! Ce que nous attendons, ce sont des actes, pas des paroles.

 

Première publication : 12/08/2011

  • SYRIE

    La répression fait de nouvelles victimes à travers le pays

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington et Ankara somment Damas "de mettre fin au bain de sang"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Retour sur les dates clés de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)