Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

L'AMF ouvre une enquête sur les rumeurs qui ont touché la Société générale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2011

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a mis en garde contre la diffusion de fausses rumeurs sur une entreprise cotée en Bourse. Pour rappel, le titre de la Société générale avait dévissé de plus de 14 % mercredi après de fausses informations.

REUTERS - L'Autorité des marchés financiers (AMF) a ouvert une enquête sur les rumeurs de marché qui ont circulé cette semaine sur la Société générale <SOGN.PA>, a annoncé vendredi soir son président Jean-Pierre Jouyet.

L'AMF a dans le même temps rappelé que la diffusion de fausses rumeurs sur une entreprise cotée en Bourse était passible d'amende.

"Le secrétaire général de l'Autorité des marchés financiers, Thierry Francq, a ouvert une enquête sur les rumeurs qui ont touché la Société générale cette semaine", a déclaré Jean-Pierre Jouyet sur la radio RTL.

"Les rumeurs qui sont non fondées et qui sont circulées sciemment de la part d'un certain nombre de personnes ou d'opérateurs sur quelque titre que ce soit sont des éléments qui sont passibles de sanctions et qui sont assimilables à des abus de marché parce que vous manipulez les cours", a-t-il ajouté.

La Société générale avait demandé mercredi à l'AMF d'ouvrir une enquête sur une série de rumeurs liées à sa solidité financière, qui lui avait fait perdre 3 milliards d'euros de capitalisation boursière en une seule séance.

L'action avait dévissé de 14,74% ce jour-là, abandonnant jusqu'à près d'un quart de sa valeur dans l'après-midi.

La Fédération bancaire française a fait savoir vendredi que les banques françaises envisageaient d'engager des poursuites judiciaires à la suite des rumeurs qui ont fait chuter leurs cours de Bourse.

La France, comme la Belgique, l'Espagne et l'Italie, a décidé jeudi soir d'interdire temporairement les ventes à découvert sur 10 valeurs financières françaises, dont Société générale, pour tenter d'enrayer la forte volatilité des marchés.

L'Allemagne a pour sa part proposé d'interdire les ventes à découvert à nu au niveau européen pour trois classes d'actifs, actions, obligations d'Etat et CDS.

"Ces deux derniers jours, nous nous sommes rendu compte qu'il y avait, alors que ce n'était pas le cas précédemment, des mouvements qui étaient erratiques, qu'il y avait ces pratiques de ventes à découvert importantes sur un certain nombre de valeurs financières", a expliqué le président de l'AMF sur RTL pour justifier la mesure d'interdiction.

"Il s'agit (...) d'éviter qu'il y ait une utilisation de volatilité excessive sur la base de rumeurs et sur la base de ventes de titres que l'on ne possède pas", a encore dit Jean-Pierre Jouyet.
 

Première publication : 13/08/2011

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Bérézina sur les marchés européens, plombés par les banques françaises

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    Paris, Bruxelles, Rome et Madrid restreignent les ventes à découvert

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)