Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

Le ministre de l'Économie relance son appel en faveur des eurobonds

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2011

Au lendemain de l'adoption d'un plan d'austérité, le ministre italien de l'Économie, Giulio Tremonti, a réitéré son appel à la mise en place des eurobonds, estimant que leur entrée en service aurait pu éviter la crise de la dette.

AFP - Les eurobonds auraient permis d'éviter d'arriver à la crise de la dette, a estimé samedi lors d'une conférence de presse à Rome le ministre italien de l'Economie Giulio Tremonti, qui a jugé "fondamentale une plus grande consolidation des finances publiques en Europe.

"S'il y avait eu les eurobonds, nous ne serions pas arrivés à (la crise d') aujourd'hui", a affirmé le ministre, qui a détaillé le nouveau plan de rigueur draconien de 45,5 milliards d'euros sur deux ans adopté vendredi par Rome dans l'espoir de mettre un terme aux attaques spéculatives contre l'Italie, rattrapée par la crise de la dette dans la zone euro.

"La solution principale aurait été les eurobonds, je suis convaincu (de la justesse) du modèle proposé par le Premier ministre luxembourgeois (Jean-Claude Juncker) et par moi-même au niveau international", a-t-il affirmé.

"Nous sommes en attente de développements. Sinon les difficultés continueront", a-t-il averti.

La crise a "accéléré de façon dramatique ces derniers jours. Etait-ce prévisible? Cela pourra faire l'objet de réflexions. Mais la crise ne concerne pas seulement notre pays, mais une part énorme du PIB de l'Europe", a-t-il ajouté.

Les nouvelles mesures, qui s'ajoutent à une cure d'austérité de 48 milliards d'euros sur trois ans adoptée à la mi-juillet par le Parlement, permettront de récupérer "20 milliards en 2012 et 25,5 milliards en 2013", a déclaré vendredi Silvio Berlusconi.

Le décret-loi, qui sera publié dimanche au journal officiel, doit être ratifié dans 60 jours par le Parlement.

Le plan répond aux demandes des partenaires européens et de la Banque centrale européenne, qui a conditionné le soutien à Rome par le biais de rachat d'obligations d'Etat à l'adoption de nouvelles mesures de rigueur. La BCE a énuméré ses conditions dans une lettre "secrète".

 

Première publication : 13/08/2011

COMMENTAIRE(S)