Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Amériques

Le gouverneur du Texas en lice pour la présidentielle américaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2011

Le gouverneur ultra-conservateur Rick Perry, qui a succédé à George W. Bush à la tête du Texas, a annoncé dans un discours prononcé en Caroline du Sud qu'il briguait l'investiture du parti républicain en vue de la présidentielle de 2012.

AFP - L'ultra-conservateur Rick Perry, gouverneur du Texas, a annoncé samedi son entrée dans la course pour la présidentielle américaine de 2012 et en a profité pour éreinter le président Barack Obama, responsable à ses yeux d'une "catastrophe économique".

"Il est temps que l'Amérique fonctionne à nouveau, et c'est pourquoi, avec le soutien de ma famille et une foi inébranlable dans les vertus de l'Amérique, je déclare aujourd'hui devant vous que je suis candidat à la présidence des Etats-Unis", a déclaré M. Perry au cours d'un discours à Charleston (Caroline du Sud) devant des centaines de partisans, une heure après avoir déjà annoncé sa candidature sur son site internet.

"Nous ne pouvons pas endurer quatre ans supplémentaires de direction sans gouvernail", a-t-il dit. "Nous ne pouvons pas, et ne devons pas endurer quatre ans de plus de hausse du chômage, de hausse des impôts, de hausse de la dette, de hausse de notre dépendance énergétique envers des pays qui nous veulent du mal", a-t-il martelé.

Pour M. Perry, il faut envoyer "une lettre de licenciement" aux occupants actuels de la Maison Blanche, qui ont "prolongé nos souffrances nationales au lieu de les alléger".

Dans son message sur son site internet, cet ancien pilote de l'armée de l'Air de 61 ans, qui a succédé à George W. Bush à la tête du Texas en 2000, s'en prend également à "la pagaille incohérente qui passe pour être notre politique étrangère" et promet à ses électeurs: "je travaillerai tous les jours pour que Washington ait aussi peu d'incidence sur vos vie que possible".

L'annonce de sa candidature coïncide avec l'organisation samedi dans l'Iowa (nord) d'un vote-test entre certains de ses rivaux républicains, un scrutin a priori sans grand enjeu mais que certains d'entre eux, comme la représentante Michele Bachmann et l'ancien gouverneur du Minnesota (nord) Tim Pawlenty, comptent utiliser comme un tremplin.

Sa présence dans la course pourrait en tout cas profondément rebattre les cartes entre les adversaires de Barack Obama, et menacer Mitt Romney, jusqu'ici le favori des sondages côté républicain.

"Il mérite d'être considéré comme un candidat de premier plan. Il s'installe immédiatement dans le peloton de tête", a souligné Matt Dickinson, professeur de science politique au Middleburg College dans le Vermont (nord-est) interrogé par l'AFP avant le discours de M. Perry, pour qui son point fort est de venir d'un Etat qui a "créé des emplois pendant la récession".

Rick Perry espère pouvoir jouer sur l'alliance de ses positions socialement conservatrices et de ce que ses partisans appellent le "miracle texan" en matière d'économie.

Car si Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts et investisseur multimillionnaire, peut se targuer de son expérience et de sa réussite dans le secteur privé, il manque de soutien chez les républicains purs et durs qui s'opposent à sa vision jugée trop à gauche du système de santé et du réchauffement climatique.

Conscient du danger politique potentiel posé par Rick Perry, le principal stratège de campagne de Barack Obama, David Axelrod, s'en était pris à lui vendredi sur la chaîne ABC, minimisant ses mérites en matière économique.

"Il y a une raison spécifique pour laquelle le Texas réussit aussi bien: le secteur pétrolier marche très bien depuis plusieurs années, et l'armée s'est aussi développée à cause des défis auxquels nous faisons face à l'étranger", a-t-il souligné.
 

Première publication : 13/08/2011

  • ÉTATS-UNIS

    La réforme du système de santé américain jugée inconstitutionnelle

    En savoir plus

  • FINANCE

    La baisse de la note des États-Unis risque d'accroître leur dette

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)