Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

Amériques

Le gouverneur du Texas en lice pour la présidentielle américaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2011

Le gouverneur ultra-conservateur Rick Perry, qui a succédé à George W. Bush à la tête du Texas, a annoncé dans un discours prononcé en Caroline du Sud qu'il briguait l'investiture du parti républicain en vue de la présidentielle de 2012.

AFP - L'ultra-conservateur Rick Perry, gouverneur du Texas, a annoncé samedi son entrée dans la course pour la présidentielle américaine de 2012 et en a profité pour éreinter le président Barack Obama, responsable à ses yeux d'une "catastrophe économique".

"Il est temps que l'Amérique fonctionne à nouveau, et c'est pourquoi, avec le soutien de ma famille et une foi inébranlable dans les vertus de l'Amérique, je déclare aujourd'hui devant vous que je suis candidat à la présidence des Etats-Unis", a déclaré M. Perry au cours d'un discours à Charleston (Caroline du Sud) devant des centaines de partisans, une heure après avoir déjà annoncé sa candidature sur son site internet.

"Nous ne pouvons pas endurer quatre ans supplémentaires de direction sans gouvernail", a-t-il dit. "Nous ne pouvons pas, et ne devons pas endurer quatre ans de plus de hausse du chômage, de hausse des impôts, de hausse de la dette, de hausse de notre dépendance énergétique envers des pays qui nous veulent du mal", a-t-il martelé.

Pour M. Perry, il faut envoyer "une lettre de licenciement" aux occupants actuels de la Maison Blanche, qui ont "prolongé nos souffrances nationales au lieu de les alléger".

Dans son message sur son site internet, cet ancien pilote de l'armée de l'Air de 61 ans, qui a succédé à George W. Bush à la tête du Texas en 2000, s'en prend également à "la pagaille incohérente qui passe pour être notre politique étrangère" et promet à ses électeurs: "je travaillerai tous les jours pour que Washington ait aussi peu d'incidence sur vos vie que possible".

L'annonce de sa candidature coïncide avec l'organisation samedi dans l'Iowa (nord) d'un vote-test entre certains de ses rivaux républicains, un scrutin a priori sans grand enjeu mais que certains d'entre eux, comme la représentante Michele Bachmann et l'ancien gouverneur du Minnesota (nord) Tim Pawlenty, comptent utiliser comme un tremplin.

Sa présence dans la course pourrait en tout cas profondément rebattre les cartes entre les adversaires de Barack Obama, et menacer Mitt Romney, jusqu'ici le favori des sondages côté républicain.

"Il mérite d'être considéré comme un candidat de premier plan. Il s'installe immédiatement dans le peloton de tête", a souligné Matt Dickinson, professeur de science politique au Middleburg College dans le Vermont (nord-est) interrogé par l'AFP avant le discours de M. Perry, pour qui son point fort est de venir d'un Etat qui a "créé des emplois pendant la récession".

Rick Perry espère pouvoir jouer sur l'alliance de ses positions socialement conservatrices et de ce que ses partisans appellent le "miracle texan" en matière d'économie.

Car si Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts et investisseur multimillionnaire, peut se targuer de son expérience et de sa réussite dans le secteur privé, il manque de soutien chez les républicains purs et durs qui s'opposent à sa vision jugée trop à gauche du système de santé et du réchauffement climatique.

Conscient du danger politique potentiel posé par Rick Perry, le principal stratège de campagne de Barack Obama, David Axelrod, s'en était pris à lui vendredi sur la chaîne ABC, minimisant ses mérites en matière économique.

"Il y a une raison spécifique pour laquelle le Texas réussit aussi bien: le secteur pétrolier marche très bien depuis plusieurs années, et l'armée s'est aussi développée à cause des défis auxquels nous faisons face à l'étranger", a-t-il souligné.
 

Première publication : 13/08/2011

  • ÉTATS-UNIS

    La réforme du système de santé américain jugée inconstitutionnelle

    En savoir plus

  • FINANCE

    La baisse de la note des États-Unis risque d'accroître leur dette

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)