Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

Asie - pacifique

Premier déplacement politique pour Aung San Suu Kyi depuis sa libération

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2011

Dimanche, dans la province de Bago, des milliers d'admirateurs sont venus accueillir la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi pour son premier voyage politique hors de Rangoun - où elle était auparavant retenue par la junte.

AFP - L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a appelé dimanche à l'unité de son pays lors de son premier déplacement politique hors de Rangoun depuis sa libération de résidence surveillée en novembre, attirant des milliers d'admirateurs sur son passage.

La lauréate du prix Nobel de la paix est arrivée dimanche matin dans la province de Bago, à une centaine de kilomètres chez elle, malgré les mises en garde du régime concernant sa sécurité.

La police a tenté d'écarter les centaines de personnes massées le long des routes entre les villes visitées pour saluer le cortège d'une trentaine de voitures transportant l'opposante, des membres de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), son parti dissous, des diplomates et des journalistes.

Ses partisans criaient à son passage ou agitaient de petits drapeaux portant l'inscription "Nous aimons mère Suu"!".

L'opposante, 66 ans, a commencé ce déplacement d'une seule journée par la visite d'une pagode dans la ville de Bago. Avant d'inaugurer deux bibliothèques, prononçant à chaque fois un discours, à Tha Nat Pin devant 600 personnes et à Bago, devant quelque 2.000 personnes.

"Nous pourrons développer ce pays seulement si nous travaillons tous ensemble", a-t-elle déclaré. "L'unité est la force, l'unité est nécessaire partout et elle est nécessaire surtout dans notre pays".

Elle a assuré avoir déjà "essayé de son mieux" depuis ses débuts en politique il y a plus de vingt ans. "Je continuerai autant que je pourrai", a-t-elle promis.

Au moment de quitter Rangoun au petit matin dimanche, elle avait souligné à l'AFP être dépendante "du soutien du peuple". Un soutien largement mis en évidence sur le terrain.

"Je suis très heureuse de la voir. Nous le sommes tous (...) Je ne l'avais jamais vue en personne", a commenté Win Win Myint, une étudiante de 23 ans.

Alors que l'opposante a connu par le passé des tournées particulièrement difficile, le porte-parole de la LND Nyan Win avait indiqué samedi à l'AFP que sa sécurité serait assurée par les membres du parti, avec l'aide des autorités.

En 2003, elle et son équipe avaient été agressées dans une embuscade, semble-t-il orchestrée par la junte au pouvoir, qui avait fait une centaine de morts selon la LND, quatre selon le régime.

L'agression avait conduit à son placement en résidence surveillée pour sept ans, jusqu'à sa libération en novembre dernier, une semaine après des élections très critiquées.

En juin, le régime l'avait prévenue que la tournée politique en province qu'elle avait évoquée risquait d'entraîner "le chaos et des émeutes".

Juste après, la lauréate du prix Nobel de la paix avait testé les limites de sa liberté en effectuant début juillet son premier déplacement hors de Rangoun, à Bagan (centre), où elle avait déjà attiré des admirateurs émus. Mais ce voyage de quelques jours avec son fils avait un caractère strictement privé.

Depuis, les relations semblent s'être un peu réchauffées entre le régime et Mme Suu Kyi qui a rencontré par deux fois un membre du nouveau gouvernement "civil".

Leur premier entretien du 25 juillet avait été salué par les observateurs, qui avaient malgré tout douté qu'il réponde aux demandes de mesures concrètes de la communauté internationale, qui réclame notamment la libération des plus de 2.000 prisonniers politiques.

Vendredi, le gouvernement a promis de continuer le dialogue avec l'opposante, lors de sa première conférence de presse depuis la dissolution de la junte fin mars.

Depuis le scrutin décriée de novembre, la junte du généralissime Than Shwe s'est autodissoute et a passé la main, fin mars, à un gouvernement dit "civil" mais entièrement contrôlé par les militaires.

Première publication : 14/08/2011

  • BIRMANIE

    Le gouvernement s'accorde avec l'opposition d'Aung San Suu Kyi

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    La junte demande à Aung San Suu Kyi de cesser ses activités politiques

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi est libre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)