Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Amériques

La présidente sortante Cristina Kirchner largement en tête de primaires inédites

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/08/2011

Lors des primaires organisées dimanche, Cristina Kirchner, présidente de l'Argentine, a recueilli environ 50 % des suffrages. Le scrutin, inédit et obligatoire, permet d'établir une tendance avant l'élection présidentielle du 23 octobre.

AFP - La présidente Cristina Kirchner a recueilli 50% des voix lors des primaires organisées dimanche en Argentine pour désigner les candidats à l'élection présidentielle du 23 octobre, selon des résultats partiels officiels.

Après le dépouillement de près de la moitié des bulletins de vote, Mme Kirchner devance largement le candidat social-démocrate Ricardo Alfonsin (12,9%) et l'ex-président péroniste Eduardo Duhalde (12%).

Les électeurs argentins avaient été appelés à voter pour des primaires inédites et obligatoires, selon une nouvelle loi électorale votée en décembre 2009.

Les 28 millions d'électeurs avaient à choisir entre dix listes de postulants à la présidence et à la vice-présidence.

Ces primaires doivent donner un aperçu du rapport de forces avant la présidentielle, pour laquelle la présidente sortante est donnée favorite.

Mais elles n'ont en réalité qu'une valeur indicative, chaque parti ne présentant qu'un poulain, contrairement à d'autres pays.

Selon un récent sondage de Management & Fit (M&F), si l'élection présidentielle se tenait maintenant, la présidente péroniste de centre-gauche l'emporterait au premier tour face au social-démocrate Ricardo Alfonsin, fils du président décédé de la transition démocratique, Raul Alfonsin (1983-1989).

La veuve de Nestor Kirchner (président de 2003 à 2007, décédé en octobre) obtiendrait 41% des suffrages contre 19,6% pour M. Alfonsin, candidat d'un rassemblement dirigé par l'Union Civique Radicale (UCR), deuxième groupe au Parlement.

Pour être élu au premier tour de la présidentielle, un candidat devra obtenir soit plus de 45% des voix, soit plus de 40% avec une avance de plus de 10% sur le deuxième. Un éventuel second tour est prévu le 20 novembre.

Première publication : 15/08/2011

  • ARGENTINE

    La présidente Cristina Kirchner offre un nouveau chef à la Banque centrale

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Le président de la Banque centrale remet sa démission

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    En limogeant le patron de la Banque centrale, Kirchner ouvre une crise institutionnelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)