Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Juppé n'est pas le Père Noël"

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

Moyen-orient

Échauffourées entre manifestants et policiers devant la Knesset

Vidéo par Lise Pressac

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/08/2011

Des heurts entre jeunes manifestants et policiers ont éclaté devant le Parlement à Jérusalem, où se tenait un débat sur la crise sociale. Les protestataires réclament des réformes contre la vie chère et la flambée des prix du logement.

AFP - Des échauffourées ont éclaté mardi entre la police et quelque 500 jeunes Israéliens qui manifestaient à Jérusalem devant le Parlement où se déroulait un débat sur la contestation sociale sans précédent qui secoue Israël depuis la mi-juillet.

Durant la séance à la Knesset, certains manifestants ont tenté de franchir les grilles d'entrée du Parlement avant d'être refoulés, au milieu de bousculades, par des gardes de sécurité du bâtiment et des policiers, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Des heurts se sont produits entre quelques centaines de manifestants et la police devant le Parlement. Deux personnes ont été interpellées", a annoncé à l'AFP Luba Samri, porte-parole de la police.

Les manifestants avaient auparavant défilé dans les rues de Jérusalem, certains avec des drapeaux noirs, pour converger vers la Knesset aux cris de "Justice sociale !", "Nous croulons sous la vie chère !"

Le débat parlementaire se tient après un mois de manifestations qui ont réuni des centaines de milliers d'Israéliens contre la hausse du coût de la vie et en particulier la flambée du prix des logements.

"La rue a exposé les problèmes et nous devons lutter pour l'avenir de nos enfants ainsi que pour les budgets qui doivent être dégagés à cet effet, car il n'y a pas de justice sociale en Israël. Un changement fondamental des priorités économiques et sociales est indispensable", a déclaré Tzipi Livni, chef du parti centriste d'opposition Kadima, à l'ouverture du débat.

"Les manifestants sont surtout des jeunes. Ils remplissent leurs obligations militaires, sont diplômés et travaillent. Ils ont le droit de savoir comment leurs impôts sont utilisés. Ils ont le droit de vivre dignement en se projetant ici plutôt que de se résigner à aller à l'étranger, faute d'espoir", a-t-elle ajouté.

S'exprimant au nom du gouvernement, Benny Begin, ministre sans portefeuille, a répondu en accusant le précédent gouvernement, où Kadima était majoritaire, d'être responsable de la pénurie actuelle de logements.

A l'extérieur de la Knesset, les manifestants ont exprimé leur scepticisme: "La séance parlementaire d'aujourd'hui est une tentative de nous apaiser. Il n'en sortira rien. La lutte continuera jusqu'à ce que la politique économique change en Israël, même si cela prend longtemps ou se termine dans les urnes", a expliqué Yair Fink, un jeune contestataire.

Samedi, des rassemblements organisés dans tout le pays sauf à Tel-Aviv et Jérusalem ont mobilisé entre 70.000 (selon la police) et 100.000 personnes (selon les organisateurs).

M. Netanyahu s'est engagé à trouver des "solutions concrètes" aux questions soulevées par les manifestants, tout en rappelant que ces réformes devaient respecter certaines "contraintes", en particulier respecter l'équilibre budgétaire et tenir compte de crise économique mondiale actuelle.

"Il est évident que beaucoup d'Israéliens ont du mal à joindre les deux bouts et que les écarts sociaux se creusent (...). Nous entendons abaisser le coût de la vie et réduire ces écarts. Pour cela, nous devons apporter un changement, un changement authentique", a-t-il plaidé.

"Mais nous ne pouvons pas exagérer ni forcer toutes les limites pour dépenser à tout va en disant 'après nous le déluge'", a prévenu le Premier ministre de droite.

M. Netanyahu a nommé une commission dirigée par le professeur Manuel Trajtenberg, un économiste très respecté, pour examiner les options et présenter ses recommandations d'ici septembre.

Première publication : 16/08/2011

  • ISRAËL

    La grogne sociale gagne du terrain et s'étend à douze nouvelles villes

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Mobilisation inédite des Israéliens contre la hausse du coût de la vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)