Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

Coup d'envoi à Madrid des JMJ sur fond d'austérité économique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2011

Une messe géante donnée dans le centre de Madrid a marqué le début des Journées mondiales de la Jeunesse. Le coût de l'événement, estimé à 50,5 millions d'euros, fait l'objet de critiques dans une Espagne assujettie à un sévère plan de rigueur.

AFP - Des centaines de milliers de pèlerins venus des cinq continents ont envahi mardi soir le centre de Madrid pour une messe géante en plein air, coup d'envoi des Journées mondiales de la Jeunesse, six jours de fête et de prières décriés par certains pour leur coût dans un pays en crise.

Surplombée d'une grande estrade blanche décorée d'une effigie de la Vierge et de l'Enfant, la place de Cibeles, en plein centre de la capitale espagnole, a accueilli la messe d'ouverture célébrée par l'archevêque de Madrid, le cardinal Antonio Maria Rouco Varela.

Il était accompagné de plusieurs centaines de jeunes choristes en uniforme bleu ou blanc, de 800 évêques, archevêques et cardinaux, et de 8.000 prêtres pour cette eucharistie dédiée à Jean Paul II.

En hommage au pape décédé en 2005, une relique contenant une goutte de son sang avait été placée sur le pupitre où était posé l'Evangile.

"La globalisation, les nouvelles technologies de communication, la crise économique déterminent ce que vous êtes, pour le meilleur et, bien souvent, pour le pire", a lancé Mgr Rouco Varela dans son homélie, s'adressant aux jeunes.

"En l'absence de fondements solides pour votre vie dans la culture et la société actuelles, et même, bien souvent, dans votre famille, la tentation est forte (...) de sortir du droit chemin", a-t-il ajouté.

Le temps fort de cette semaine sera, de jeudi à dimanche, la visite de Benoît XVI, deuxième déplacement du pape en moins d'un an en Espagne, un pays où la tradition catholique cède du terrain face à de forts courants laïcs.

Ces français qui se rendent aux JMJ
Après leur installation lundi dans les écoles, gymnases ou paroisses de toute la ville, les pèlerins, venus de 193 pays, ont arpenté mardi les lieux touristiques de Madrid, sous un soleil torride, un sac sur le dos comme chacun des 450.000 jeunes officiellement inscrits.

A l'intérieur, un éventail, une bière sans alcool, un plan de métro, un chapelet... et même un crucifix qui "soigne toutes les maladies spirituelles".

D'autres avaient choisi le recueillement dans l'un des 200 confessionnaux blancs, en forme de voiles de bateau, alignés dans le Retiro, le grand parc du centre de Madrid, où des prêtres venus du monde entier ont commencé à confesser les pèlerins en 30 langues.

"C'est la première fois que je participe aux JMJ, nous sommes venus du Venezuela pour faire l'expérience de la foi, partagée avec des gens du monde entier", raconte Miguel Albiares, 31 ans, qui a fait le voyage depuis Caracas.

A proximité, les travaux s'achevaient sur la place de Cibeles et le long des avenues pavoisées pour monter estrades et tribunes qui accueillent la messe de mardi, puis jeudi la cérémonie de bienvenue de Benoît XVI et vendredi le Chemin de Croix et ses 14 stations.

Avant la messe célébrée dimanche par le pape, en clôture de ces journées, une veillée géante doit réunir des centaines de milliers de pèlerins samedi soir sur la base militaire de Cuatro Vientos, grande comme 48 terrains de football.

Madrid a vu les choses en grand pour l'événement, qui aura coûté 50,5 millions d'euros selon les organisateurs: des dépenses qui soulèvent des critiques dans un pays étranglé par la crise économique, où un cinquième de la population est au chômage.

"C'est un abus, une stupidité, parce qu'ils occupent les places pendant plusieurs jours. D'un autre côté, c'est le tourisme, le folklore", remarque Amadeo Alaez, 78 ans, professeur d'université d'espagnol et d'anglais à la retraite.

Les organisateurs insistent sur le fait que l'événement est autofinancé par les contributions des pèlerins et les dons d'entreprises, et évaluent à cent millions d'euros les retombées pour l'économie locale.

Mais mercredi, une centaine d'associations de défense de la laïcité se préparent à manifester à Madrid, pour dénoncer le poids de ces journées sur les dépenses publiques.

Les protestataires dénoncent notamment les coûts liés à la sécurité (plus de 10.000 policiers mobilisés), à l'hébergement, avec la mise à la disposition d'écoles et de gymnases publics, ou la réduction accordée aux pèlerins sur le coût des trajets en métro, alors que le prix du billet vient d'être brusquement porté de un à 1,50 euro.

Première publication : 16/08/2011

  • ESPAGNE

    Au moins 20 blessés après des heurts entre "indignés" et police à Madrid

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Rome et Madrid sous la pression des marchés

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Zapatero annonce la tenue d'élections anticipées le 20 novembre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)