Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

Economie

Paris et Berlin veulent sévir contre les pays qui ne réduisent pas leurs déficits

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/08/2011

Dans une lettre adressée au président de l'Union européenne, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel proposent de suspendre les fonds structurels versés aux pays de la zone euro ne réduisant pas leurs déficits.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel proposent de suspendre les fonds structurels aux pays de la zone euro ne baissant pas leurs déficits, dans une lettre adressée mercredi au président de l'UE Herman Van Rompuy.

"A l'avenir, les paiements issus des fonds structurels et de cohésion devraient être suspendus dans les pays de la zone euro qui ne se conformeraient pas aux recommandations de la procédure sur les déficits excessifs", écrivent M. Sarkozy et Mme Merkel.

Selon eux, "ces changements devraient être intégrés au nouveau règlement des fonds structurels et de cohésion qui seront proposés pour le prochain cadre financier pluriannuel". "Les fonds structurels et de cohésion doivent servir à appuyer les réformes indispensables visant à améliorer la croissance économique et la compétitivité dans la zone euro", rappellent-ils.

"Ils doivent viser l'amélioration de la compétitivité et la réduction des déséquilibres dans les États membres auxquels sont adressées des recommandations dans le cadre de la procédure concernant les déséquilibres excessifs".

Ils précisent que "dans les pays sous programme, la Commission devra automatiquement procéder à un contrôle pour veiller à ce que les fonds structurels et de cohésion soutiennent de manière optimale le programme d'ajustement macro-économique" et "devrait également participer à la sélection et à la mise en oeuvre des projets".

"Les fonds non utilisés par les pays sous programme pourraient être réunis dans un fonds pour la croissance et la compétitivité qui serait géré au niveau européen par la Commission", affirment-ils également.

Première publication : 17/08/2011

  • ITALIE

    Le ministre de l'Économie relance son appel en faveur des eurobonds

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)