Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Afrique

Laurent et Simone Gbagbo inculpés pour "crimes économiques"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/08/2011

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en résidence surveillée dans le nord du pays depuis leur éviction du pouvoir en avril, ont été inculpés pour "crimes économiques", a annoncé le procureur de la République.

AFP - L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en résidence surveillée dans le nord du pays depuis avril, ont été inculpés et placés en détention préventive pour "crimes économiques", a annoncé jeudi le procureur de la République d'Abidjan.
              
Assigné à Korhogo (nord), M. Gbagbo a été inculpé jeudi soir de "crimes économiques", notamment "vol aggravé, atteinte à l'économie nationale, détournement de deniers publics, pillage", a déclaré devant la presse Simplice Kouadio Koffi.
              
En résidence surveillée à Odienné (nord-ouest), l'ex-Première dame a été inculpée mardi et placée en détention préventive pour "crimes économiques", notamment "concussion", a-t-il indiqué un peu plus tôt.
              
L'ex-couple présidentiel a été arrêté le 11 avril par les forces du chef d'Etat Alassane Ouattara, appuyées par la France, après deux semaines de guerre qui ont conclu une crise née du refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite au scrutin de novembre 2010. La crise a fait au moins 3.000 morts.
              
Quarante-et-une personnalités civiles du camp Gbagbo, dont Laurent et Simone Gbagbo et une bonne partie de l'ancien gouvernement, sont désormais en détention dans le nord, inculpées d'atteinte à la sûreté de l'Etat ou de "crimes économiques".
              
Une soixantaine de militaires ont été aussi inculpés, dont 40 sont détenus dans des camps militaires à Korhogo et Abidjan.
              
Le gouvernement d'Alassane Ouattara espère que la Cour pénale internationale (CPI), qui n'a pas encore officiellement ouvert une enquête sur la crise post-électorale, inculpera et transférera à La Haye l'ancien couple présidentiel.

Première publication : 18/08/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ONU accuse l'armée d'Alassane Ouattara d'exactions

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent Gbagbo, un reclus toujours aussi difficile à approcher

    En savoir plus

  • FRANCE

    1 300 personnes défilent à Paris pour demander la libération de Laurent Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)