Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Economie

Les victimes françaises du nouvel algorithme de Google se défendent

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/08/2011

Panda : tel est le nouvel ennemi de plusieurs sites Internet. Il s’agit en réalité du nouvel algorithme introduit en France il y a une semaine par la firme Google. Il a d'ailleurs déjà fait ses premiers effets, parfois de manière brutale.

Le Web français a ressenti à son tour l’effet Panda. Il ne s’agit pas d’un animal virtuel,  mais du nouvel algorithme de recherche introduit en France, la semaine dernière, par Google. Le géant du Web l’avait déjà mis en place aux Etats-Unis, en février dernier, afin de lutter contre les sites soi-disant à faible valeur ajoutée pour l’internaute.

Pour certains sites hexagonaux, Panda a frappé fort. Ses principales victimes : les comparateurs, tels Shopping.com ou Touslesprix.com, ainsi que les annuaires, comme Leguide.com ou Sites-a-voir.com. Certains de ces nouveaux mauvais élèves ont perdu jusqu’à 70% de leur trafic en une semaine, selon une étude rendue publique mardi par le spécialiste allemand du référencement Searchmetrics.com.

Mais cette nouvelle manière de classer les résultats des recherches "made in Google" a aussi fait des heureux, principalement des grands sites institutionnels comme Orange.com (+66%) ou des grosses cylindrés tel YouTube (+52%).

Panda est censé récompenser les contenus "originaux, uniques et de qualité", selon les explications fournies par Google lors de sa présentation en février. Le moteur de recherche compte ainsi lutter contre la prolifération, notamment aux Etats-Unis, des " fermes de contenus". Des sites qui, à travers des bidouilles de référencement, se positionnaient dans les premières places des résultats en ne fournissant que de courts textes utilisant beaucoup de mots-clés ou en copiant du contenu d’autres sites.

Les victimes collatérales de Panda

Si l’effort peut sembler louable, certaines des victimes françaises se défendent d’être de simples "fermes de contenus". "Notre site est un moteur de recherche spécialisé dans le e-commerce, nous n’avons pas de contenus propres et ce n’est pas notre raison d’être", explique Jean-Christophe Janicot, fondateur de Touslesprix.com. Ce sont essentiellement les fiches descriptives des produits, fournis par les fabricants qui lui ont valu de perdre, d’après Searchmetrics.com, près de 40% de trafic en une semaine.

Pour cet entrepreneur, le nouvel impératif de Google d’avoir du contenu "unique" pour être chouchouté par le moteur de recherche est difficile à concilier avec la nature des comparateurs. "Il est naturel que les mêmes descriptions se retrouvent sur plusieurs sites de comparateurs puisqu’il s’agit des mêmes produits", souligne-t-il.

La nouvelle grande faucheuse "googlesque" fait d’autres victimes collatérales. Comme le nouvel algorithme a les reprises de contenu en horreur, le site en français de l’Encyclopédie Universalis (qui traduit des articles anglais en français) a perdu 81% de visiteurs en une semaine. Une tendance confirmée pour le site d’informations scientifiques Techno-Science, dont le fondateur Adrien Bernard estime être pénalisé parce que, dit-il, "nous publions tels quels des papiers scientifiques envoyés par les chercheurs et qui se trouvent aussi sur des grands sites comme celui du CNRS".

"Je me vois mal réecrire les articles des spécialistes au risque de faire des erreurs juste pour faire plaisir à Google", déplore Adrien Bernard. Il compte contacter Google pour que, dans son cas, le moteur de recherche annule l’effet Panda. D’autres prennent des mesures pour s’adapter. "Nous sommes en train de modifier nos différentes sections pour essayer de nous différencier davantage de nos concurrents", reconnaît Christophe Janicot.

"Je trouve dommage qu’un site comme le nôtre, qui fait de la publication, soit obligé de perdre du temps à gérer les désiderata de Google", peste Adrien Bernard. Il trouve qu’avec Panda, le moteur de recherche augmente surtout son contrôle du Web. "Google devrait être au service des sites Internet et non pas tenter de les mettre à son service", conclut-il.

Crédit : Renaissancechambara/Flickr

Première publication : 18/08/2011

  • INTERNET

    Google part à la chasse des "pollueurs du Web"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google et la France : je t'aime, moi non plus

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google réussit à éviter une condamnation pour abus de position dominante en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)