Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad au 20H

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du sud : l'armée déployée pour faire face aux violences xénophobes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

Economie

IBM cherche à créer des ordinateurs capables de réfléchir

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/08/2011

Le géant de l’informatique américain a annoncé, jeudi, avoir mis au point un prototype de puce informatique capable d'apprendre de la même manière que peut le faire un cerveau humain. Une trouvaille aux multiples applications concrètes.

L’ordinateur descend-il de l’homme ? IBM entend prouver que les PC de demain pourront réfléchir et réagir de manière plus humaine. Les ingénieurs du géant américain de l’informatique basé à New York ont annoncé avoir réussi à mettre au point le prototype d’une nouvelle génération de puces informatiques. Particularité de ces dernières : elles fonctionnent davantage comme un cerveau. Une perspective qui rendrait possible une multitude de nouvelles applications pour ces machines faites de circuits et de boulons.

Le projet, baptisé "SyNapse", constitue "la graine pour une nouvelle génération d’ordinateurs", a estimé mercredi Dharmendra Modha, le principal architecte de cette trouvaille, dans un entretien publié par le site spécialisé dans les nouvelles technologies VentureBeat. Cette puce, qui n'en est qu'au stade expérimental, est capable d’apprendre à partir des informations qu’elle collecte, c'est-à-dire de les analyser et d’en tirer des conclusions. Un comportement dont les ordinateurs d’aujourd’hui sont incapables.

Pour parvenir à cette transformation de l’ADN des puces informatiques, IBM a imité le schéma du système nerveux. Les ingénieurs de la société américaine affublent d’ailleurs les circuits de leur bébé des appellations de neurones et synapses. Ils ont établi des connections entre ces composantes qui peuvent, à l’instar du cerveau humain, évoluer ou changer en fonction de la nature ou de l’importance des informations traitées. Une prouesse qui a été accomplie en plus de deux ans et demi de recherches. IBM a tout de même dû "s’appuyer sur une dizaine d’années de recherche fondamentale dans ce domaine", rappelle à Bloomberg Richard Doherty, directeur de recherche à Seaford, une société américaine spécialisé dans l’innovation.

Un rêve pour spéculateurs

En pratique, des ordinateurs équipés de puces "SyNapse" ont déjà été testés pour jouer à Pong, le fameux ancêtre des jeux informatiques de tennis, pour analyser des problèmes de navigation ou établir des classifications. Mais les applications potentielles de ces recherches sont bien plus larges et ambitieuses.

Selon IBM, cette nouvelle génération de puces pourrait permettre aux ordinateurs d’organiser un approvisionnement optimal en eau dans le monde, de mieux comprendre et de prédire les catastrophes naturelles ou encore de proposer des améliorations des réseaux de transport en fonction des bouchons. Même le secteur financier et les spéculateurs ont de quoi se réjouir. Un ordinateur "intelligent" à la sauce IBM devrait avoir une capacité de calcul et d’analyse des fluctuations des marchés incomparable.

Des perspectives certes alléchantes, mais qui ne sont pas pour demain. "Les premiers modèles commercialisables ne devraient pas être prêts avant 2014-2015", estime Richard Doherty. Pour concrétiser son projet, IBM a reçu mercredi un chèque de 21 millions de dollars du ministère américain de la Défense. Objectif : lancer la phase 2 du projet "SyNapse" et développer les applications concrètes de sa puce "intelligente".

Première publication : 18/08/2011

COMMENTAIRE(S)