Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle à faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

Asie - pacifique

Une nouvelle vague de violences à Karachi coûte la vie à une quarantaine de personnes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2011

Ce mercredi, au moins 39 personnes, dont des passants innocents, sont mortes à Karachi, victimes de nouvelles violences dues aussi bien à des rivalités ethniques entre bandes ourdoues et pachtounes qu'à des querelles politiques.

AFP - Au moins 39 personnes ont été tuées mercredi et jeudi à Karachi, mégapole du sud du Pakistan déchirée par les rivalités politico-mafieuses, selon la police.

Un ancien parlementaire du Parti du peuple pakistanais (PPP) au pouvoir, Waja Karimdad, fait partie des victimes de ces violences qui se poursuivent malgré le déploiement en juillet de plusieurs centaines de soldats et paramilitaires supplémentaires dans la ville.

"Le bilan des victimes tuées depuis mercredi matin s'élève à 39" jeudi, et les violences concernent plusieurs quartiers de Karachi, notamment celui de Lyari, dans le sud de la ville, a déclaré à l'AFP le chef de la police de la ville, Saud Mirza.

La situation se calme quelque peu depuis le déploiement de renforts dans les quartiers concernés, a-t-il ajouté.

A.B. Shahid, un économiste indépendant, a estimé qu'environ 20% des commerces de ce grand port du sud du pays sont restés fermés jeudi, dont les marchés des quartiers sud, pour protester contre leur rançonnement par des bandes criminelles.

"La situation reste très tendue à Lyari et dans d'autres quartiers du sud de Karachi, où des tirs sporadiques se font toujours entendre", a indiqué à l'AFP un haut responsable des services de sécurité sous couvert de l'anonymat, en accusant les gangs mafieux.

Le Premier ministre Yousuf Raza Gilani a une nouvelle fois dépêché à Karachi son ministre de l'Intérieur, Rehman Malik, et appelé à une action immédiate "contre les criminels qui jouent avec la paix de la métropole".

Il ne faut montrer "aucune indulgence avec ces éléments qui veulent ruiner la vie de la ville", a-t-il ajouté sans toutefois annoncer de mesures concrètes.

Les affrontements et assassinats ciblés se poursuivent en dépit de l'envoi de renforts et d'un appel à la paix lancé en juillet par le gouvernement, signe de son impuissance à juguler la violence récurrente dans la plus grande ville (environ 18 millions d'habitants) du pays et sa capitale économique.

Les affrontements opposent notamment les partisans du Muttahida Qaumi Movement (MQM), appartenant à la majorité ourdoue, à ceux du Parti National Awami (ANP), qui représente les migrants d'ethnie pachtoune.

Les victimes sont régulièrement des passants innocents pris entre les échanges de tirs, selon plusieurs sources locales.

Le port de Karachi sert à l'Otan pour acheminer la majorité de l'approvisionnement destiné aux troupes engagés en Afghanistan, un volume qui représente un cinquième du PIB du Pakistan.

Les zones les plus touchées par la violence sont des quartiers pauvres dont la population a gonflé avec l'arrivée de migrants intérieurs venus en particulier des régions du nord-ouest, bastion des talibans et des combattants d'Al-Qaïda.

Selon la commission des droits de l'homme du Pakistan (HRCP), une organisation indépendante, 490 personnes ont été victimes d'assassinats ciblés au cours du premier semestre 2011 à Karachi, contre 748 pour l'ensemble de l'année 2010.

Première publication : 18/08/2011

  • PAKISTAN

    Un soldat condamné à mort pour l'exécution sommaire d'un civil désarmé

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Trente-cinq morts dans de nouveaux affrontements à Karachi

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Islamabad menace de retirer ses troupes postées à la frontière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)