Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Une nouvelle vague de violences à Karachi coûte la vie à une quarantaine de personnes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/08/2011

Ce mercredi, au moins 39 personnes, dont des passants innocents, sont mortes à Karachi, victimes de nouvelles violences dues aussi bien à des rivalités ethniques entre bandes ourdoues et pachtounes qu'à des querelles politiques.

AFP - Au moins 39 personnes ont été tuées mercredi et jeudi à Karachi, mégapole du sud du Pakistan déchirée par les rivalités politico-mafieuses, selon la police.

Un ancien parlementaire du Parti du peuple pakistanais (PPP) au pouvoir, Waja Karimdad, fait partie des victimes de ces violences qui se poursuivent malgré le déploiement en juillet de plusieurs centaines de soldats et paramilitaires supplémentaires dans la ville.

"Le bilan des victimes tuées depuis mercredi matin s'élève à 39" jeudi, et les violences concernent plusieurs quartiers de Karachi, notamment celui de Lyari, dans le sud de la ville, a déclaré à l'AFP le chef de la police de la ville, Saud Mirza.

La situation se calme quelque peu depuis le déploiement de renforts dans les quartiers concernés, a-t-il ajouté.

A.B. Shahid, un économiste indépendant, a estimé qu'environ 20% des commerces de ce grand port du sud du pays sont restés fermés jeudi, dont les marchés des quartiers sud, pour protester contre leur rançonnement par des bandes criminelles.

"La situation reste très tendue à Lyari et dans d'autres quartiers du sud de Karachi, où des tirs sporadiques se font toujours entendre", a indiqué à l'AFP un haut responsable des services de sécurité sous couvert de l'anonymat, en accusant les gangs mafieux.

Le Premier ministre Yousuf Raza Gilani a une nouvelle fois dépêché à Karachi son ministre de l'Intérieur, Rehman Malik, et appelé à une action immédiate "contre les criminels qui jouent avec la paix de la métropole".

Il ne faut montrer "aucune indulgence avec ces éléments qui veulent ruiner la vie de la ville", a-t-il ajouté sans toutefois annoncer de mesures concrètes.

Les affrontements et assassinats ciblés se poursuivent en dépit de l'envoi de renforts et d'un appel à la paix lancé en juillet par le gouvernement, signe de son impuissance à juguler la violence récurrente dans la plus grande ville (environ 18 millions d'habitants) du pays et sa capitale économique.

Les affrontements opposent notamment les partisans du Muttahida Qaumi Movement (MQM), appartenant à la majorité ourdoue, à ceux du Parti National Awami (ANP), qui représente les migrants d'ethnie pachtoune.

Les victimes sont régulièrement des passants innocents pris entre les échanges de tirs, selon plusieurs sources locales.

Le port de Karachi sert à l'Otan pour acheminer la majorité de l'approvisionnement destiné aux troupes engagés en Afghanistan, un volume qui représente un cinquième du PIB du Pakistan.

Les zones les plus touchées par la violence sont des quartiers pauvres dont la population a gonflé avec l'arrivée de migrants intérieurs venus en particulier des régions du nord-ouest, bastion des talibans et des combattants d'Al-Qaïda.

Selon la commission des droits de l'homme du Pakistan (HRCP), une organisation indépendante, 490 personnes ont été victimes d'assassinats ciblés au cours du premier semestre 2011 à Karachi, contre 748 pour l'ensemble de l'année 2010.

Première publication : 18/08/2011

  • PAKISTAN

    Un soldat condamné à mort pour l'exécution sommaire d'un civil désarmé

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Trente-cinq morts dans de nouveaux affrontements à Karachi

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Islamabad menace de retirer ses troupes postées à la frontière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)