Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Martin vainqueur de la 9e étape, le Français Gallopin en jaune

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Afrique

Ce que la justice ivoirienne reproche à Laurent et Simone Gbagbo

©

Vidéo par Margaux DUQUESNE

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 19/08/2011

Jeudi, la justice ivoirienne a inculpé Laurent et Simone Gbagbo pour "infractions économiques", alors qu'ils sont assignés depuis quatre mois à résidence. Une procédure qui dévoile un peu plus l’avenir judiciaire de l’ex-couple présidentiel.

"Des infractions économiques" : Laurent et Simone Gbagbo savent désormais à quoi s'en tenir. Quatre mois après leur arrestation et assignation à résidence surveillée, aucune charge n’avait encore été retenue contre l’ancien couple présidentiel. C’est donc chose faite depuis jeudi soir, après que le procureur d'Adidjan a annoncé l’inculpation et la mise en détention de l’ex-président et de son épouse, venant clarifier pour la première fois leur statut juridique.

Au total, cinq chefs d’accusation pèsent sur eux : vol aggravé, détournement des deniers publics, concussion (ou malversation), pillage et atteinte à l’économie nationale. Des "infractions économiques" donc, comme les a qualifiées le procureur Simplice Kouadio Koffi. Celles-ci ne couvrent que la période post-électorale, soit celle courant du 28 novembre 2010, date du second tour de la présidentielle, au 11 avril 2011, jour de l’arrestation de l’ex-président. Elles visent notamment les attaques contre le secteur bancaire, au plus fort du bras de fer économique entre les camps Gbagbo et Ouattara, qui précéda la confrontation armée.

Laurent Gbagbo risque la perpétuité

Contacté par France 24, Me Hervé Gouamené, l'un des avocats de l’ex-chef de l’État ivoirien, explique qu’il ne connaît pas encore les faits liés à chacun des chefs retenus contre son client. "Le procureur s’est contenté de citer les textes de loi sans donner des détails sur les faits", a-t-il déclaré. Et de rappeler : "Comme pour une trentaine de proches de Laurent Gbagbo déjà inculpés, nous devons attendre la phase des interrogatoires pour savoir sur quoi reposent exactement ces cinq incriminations."

De ces charges retenues, la loi pénale ivoirienne en érige deux en "infractions contre les devoirs de leurs fonctions commises par le fonctionnaire". Il s’agit du détournement des deniers publics et de concussion, avec à la clé une possible peine d’emprisonnement de dix ans maximum pour chacune. Sans oublier d’importantes amendes.

Si l'on ajoute deux années de prison encourues pour atteinte à l’économie nationale et surtout la prison à vie pour "les auteurs de tout pillage", l’addition pourrait être particulièrement salée pour l’ancien chef de l’État et son épouse.

Les crimes du sang en attente

Le feuilleton judiciaire ne fait que commencer. A la demande du nouveau président Alassane Ouattara, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo, a demandé fin juin aux juges de l'instance l'autorisation d'ouvrir une enquête sur "les crimes qui auraient été commis en Côte d'Ivoire" lors de la crise post-électorale.

Pendant cette période, "au moins 3 000 personnes ont été tuées, 72 ont disparu et 520 ont fait l’objet d’arrestations et de détentions arbitraires", rapportent les documents rassemblés par le bureau du procureur de la Cour, qui font également état de "plus de 100 cas de viols". Des crimes de sang commis par les deux camps en conflit et qui pourraient donc, bientôt, faire l’objet d’enquêtes menées par la juridiction internationale.

Première publication : 19/08/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Laurent et Simone Gbagbo inculpés pour "crimes économiques"

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le chef du Front populaire ivoirien et 11 personnalités pro-Gbagbo inculpés

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Amnesty dénonce un "climat de peur" qui empêche le retour des déplacés

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)