Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 19/08/2011

Brésil : à la reconquête des favelas

Au Brésil, le gouvernement de l’État de Rio veut en finir avec la violence dans les favelas. Des unités de police spécialisées sont chargées de reprendre le contrôle des quartiers tenus par les trafiquants. L’enjeu est de taille car le pays s’apprête à accueillir la prochaine Coupe du monde de football.

Mangueira, Rocinha, Providencia, Cidade de deus, Jacarezinho… Il y a en presque mille dans toute la ville. A Rio, les favelas font partie du décor. Toutes ont leurs équipes de football, leurs associations d’habitants, mais aussi leurs bandes de narcotrafiquants. Trois factions se disputent territoires, trafic et "bocas de fogo", les points de revente de drogue : le commando Vermelho, les Amis des Amis et le 3ème commando.

Ces groupes armés décident de tout, ou presque, dans les favelas. De la gestion du réseau – parallèle – de télévision par câble, aux horaires de circulation de certains bus. Alors ceux qui ne marchent pas dans les clous, encourent une peine du "tribunal du trafic". De l'expulsion de la favela à la condamnation à mort par "micro-ondes" : brûlé vif, prisonnier d’une colonne de pneus…

Depuis 2009, le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro entend récupérer le contrôle des territoires abandonnés. Après des années de confrontation violente et stérile avec les narcotrafiquants, l'aménagement des favelas est devenu une priorité. Un processus accéléré à l’approche de la Coupe du Monde de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016.

Prenant pour modèle Rudolph Giuliani, l’ancien maire de New York, dont la tolérance zéro en matière de criminalité aurait "assaini" Big Apple, le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Sergio Cabral, a développé un programme d’occupation permanente des favelas. Cette nouvelle politique de sécurité se résume en trois lettres : UPP, pour Unité de Police Pacificatrice. Des sortes de postes avancés de la police militaire, installés en permanence dans certaines favelas, choisies pour leur importance stratégique dans la ville.

L’objectif premier de ces unités est l’expulsion des organisations criminelles des favelas. Il s’agit de les empêcher de revenir grâce à la présence ostensible de la police militaire, à la création de liens de confiance avec la population, à la mise en place de cours à l’intérieur même de l’UPP, et à l’arrivée de services publics et privés dans ces communautés.

Une 17ème UPP vient d’être implantée dans la favela de Sao Carlos. Mais le projet est d’installer 40 unités dans tout Rio avant 2014. De l’assaut du BOPE - les troupes de police d’élite - dans la favela, à l’inauguration de l’UPP, le processus de "pacification" prend du temps et nécessite de gros moyens. L’effectif de la police militaire devrait augmenter pour passer de 32 000 policiers actuellement, à 64 000.

Mais à Rio de Janeiro, les retombées économiques de la "pacification" sont immédiates. Dans les quartiers proches des favelas pacifiées, les prix de l’immobilier flambent. Et avec près d’un million d’habitants, les mille favelas de la ville, représentent aussi un gigantesque réservoir de consommateurs.

Par Nicolas RANSOM

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/08/2016 RD Congo

RDC : massacres en toute impunité à Beni

Depuis plus d'un an et demi, les massacres de civils se succèdent dans la région de Beni, à l'est de la République démocratique du Congo, voisine de l'Ouganda. Régulièrement, la...

En savoir plus

18/08/2016 Afghanistan

Afghanistan : à Kunduz, dans l’ombre des Taliban

Il y a près d’un an, les Taliban se sont brièvement emparés de Kunduz, ville stratégique du nord-est de l’Afghanistan. Ils en ont été chassés quinze jours après leur arrivée,...

En savoir plus

29/07/2016 JO de Rio 2016

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

À Rio, parmi les nombreux sportifs venus du monde entier pour les Jeux olympiques, dix d'entre eux ont un profil particulier. Ce sont des réfugiés qui ont fui la guerre, la...

En savoir plus

23/06/2016 Première Guerre mondiale

Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Pendant la Grande Guerre, 13 départements français ont subi l’occupation allemande. Quatre ans durant lesquels deux millions de Français ont vécu une cohabitation forcée avec les...

En savoir plus

08/07/2016 Tchad

Vidéo : Le récit de la progressive mise au ban du Tchadien Hissène Habré

Hissène Habré, président du Tchad entre 1982 et 1990, a été condamné en mai 2016 à la prison à perpétuité pour "crimes contre l'humanité, torture, crimes de guerre et viols"....

En savoir plus