Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 19/08/2011

Brésil : à la reconquête des favelas

Au Brésil, le gouvernement de l’État de Rio veut en finir avec la violence dans les favelas. Des unités de police spécialisées sont chargées de reprendre le contrôle des quartiers tenus par les trafiquants. L’enjeu est de taille car le pays s’apprête à accueillir la prochaine Coupe du monde de football.

Mangueira, Rocinha, Providencia, Cidade de deus, Jacarezinho… Il y a en presque mille dans toute la ville. A Rio, les favelas font partie du décor. Toutes ont leurs équipes de football, leurs associations d’habitants, mais aussi leurs bandes de narcotrafiquants. Trois factions se disputent territoires, trafic et "bocas de fogo", les points de revente de drogue : le commando Vermelho, les Amis des Amis et le 3ème commando.

Ces groupes armés décident de tout, ou presque, dans les favelas. De la gestion du réseau – parallèle – de télévision par câble, aux horaires de circulation de certains bus. Alors ceux qui ne marchent pas dans les clous, encourent une peine du "tribunal du trafic". De l'expulsion de la favela à la condamnation à mort par "micro-ondes" : brûlé vif, prisonnier d’une colonne de pneus…

Depuis 2009, le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro entend récupérer le contrôle des territoires abandonnés. Après des années de confrontation violente et stérile avec les narcotrafiquants, l'aménagement des favelas est devenu une priorité. Un processus accéléré à l’approche de la Coupe du Monde de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016.

Prenant pour modèle Rudolph Giuliani, l’ancien maire de New York, dont la tolérance zéro en matière de criminalité aurait "assaini" Big Apple, le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Sergio Cabral, a développé un programme d’occupation permanente des favelas. Cette nouvelle politique de sécurité se résume en trois lettres : UPP, pour Unité de Police Pacificatrice. Des sortes de postes avancés de la police militaire, installés en permanence dans certaines favelas, choisies pour leur importance stratégique dans la ville.

L’objectif premier de ces unités est l’expulsion des organisations criminelles des favelas. Il s’agit de les empêcher de revenir grâce à la présence ostensible de la police militaire, à la création de liens de confiance avec la population, à la mise en place de cours à l’intérieur même de l’UPP, et à l’arrivée de services publics et privés dans ces communautés.

Une 17ème UPP vient d’être implantée dans la favela de Sao Carlos. Mais le projet est d’installer 40 unités dans tout Rio avant 2014. De l’assaut du BOPE - les troupes de police d’élite - dans la favela, à l’inauguration de l’UPP, le processus de "pacification" prend du temps et nécessite de gros moyens. L’effectif de la police militaire devrait augmenter pour passer de 32 000 policiers actuellement, à 64 000.

Mais à Rio de Janeiro, les retombées économiques de la "pacification" sont immédiates. Dans les quartiers proches des favelas pacifiées, les prix de l’immobilier flambent. Et avec près d’un million d’habitants, les mille favelas de la ville, représentent aussi un gigantesque réservoir de consommateurs.

Par Nicolas RANSOM

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/12/2017 Afrique

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

Au Soudan du Sud, la guerre civile qui ravage le pays depuis quatre ans l’a rendu exsangue. La famine sévit dans toutes les zones de conflit et frappe en priorité les déplacés...

En savoir plus

24/11/2017 Amériques

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

Aux États-Unis, depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier, de plus en plus de musulmans se disent victimes de discriminations. Nos reporters se sont rendus...

En savoir plus

08/12/2017 Migrants

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

Ces derniers mois, les migrants sont moins nombreux à tenter de traverser la Méditerranée, découragés par les nouvelles politiques italienne et libyenne. Emprisonnés, torturés,...

En savoir plus

30/11/2017 Amériques

Vidéo : Barbuda, île fantôme depuis l'ouragan Irma

Notre reporter s'est rendu à Barbuda, dans les Petites Antilles. Cette île paradisiaque a connu l'enfer lors du passage de l'ouragan Irma, il y a trois mois. Presque la totalité...

En savoir plus

16/11/2017 Moyen-Orient

De Téhéran à Najaf, avec des pèlerins chiites qui bravent tous les dangers

C'est l'un des pèlerinages les plus dangereux du monde. Chaque année, malgré la présence de l'organisation État islamique (EI) qui les honnit, des millions de chiites se rendent...

En savoir plus