Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 19/08/2011

Brésil : à la reconquête des favelas

Au Brésil, le gouvernement de l’État de Rio veut en finir avec la violence dans les favelas. Des unités de police spécialisées sont chargées de reprendre le contrôle des quartiers tenus par les trafiquants. L’enjeu est de taille car le pays s’apprête à accueillir la prochaine Coupe du monde de football.

Mangueira, Rocinha, Providencia, Cidade de deus, Jacarezinho… Il y a en presque mille dans toute la ville. A Rio, les favelas font partie du décor. Toutes ont leurs équipes de football, leurs associations d’habitants, mais aussi leurs bandes de narcotrafiquants. Trois factions se disputent territoires, trafic et "bocas de fogo", les points de revente de drogue : le commando Vermelho, les Amis des Amis et le 3ème commando.

Ces groupes armés décident de tout, ou presque, dans les favelas. De la gestion du réseau – parallèle – de télévision par câble, aux horaires de circulation de certains bus. Alors ceux qui ne marchent pas dans les clous, encourent une peine du "tribunal du trafic". De l'expulsion de la favela à la condamnation à mort par "micro-ondes" : brûlé vif, prisonnier d’une colonne de pneus…

Depuis 2009, le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro entend récupérer le contrôle des territoires abandonnés. Après des années de confrontation violente et stérile avec les narcotrafiquants, l'aménagement des favelas est devenu une priorité. Un processus accéléré à l’approche de la Coupe du Monde de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016.

Prenant pour modèle Rudolph Giuliani, l’ancien maire de New York, dont la tolérance zéro en matière de criminalité aurait "assaini" Big Apple, le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Sergio Cabral, a développé un programme d’occupation permanente des favelas. Cette nouvelle politique de sécurité se résume en trois lettres : UPP, pour Unité de Police Pacificatrice. Des sortes de postes avancés de la police militaire, installés en permanence dans certaines favelas, choisies pour leur importance stratégique dans la ville.

L’objectif premier de ces unités est l’expulsion des organisations criminelles des favelas. Il s’agit de les empêcher de revenir grâce à la présence ostensible de la police militaire, à la création de liens de confiance avec la population, à la mise en place de cours à l’intérieur même de l’UPP, et à l’arrivée de services publics et privés dans ces communautés.

Une 17ème UPP vient d’être implantée dans la favela de Sao Carlos. Mais le projet est d’installer 40 unités dans tout Rio avant 2014. De l’assaut du BOPE - les troupes de police d’élite - dans la favela, à l’inauguration de l’UPP, le processus de "pacification" prend du temps et nécessite de gros moyens. L’effectif de la police militaire devrait augmenter pour passer de 32 000 policiers actuellement, à 64 000.

Mais à Rio de Janeiro, les retombées économiques de la "pacification" sont immédiates. Dans les quartiers proches des favelas pacifiées, les prix de l’immobilier flambent. Et avec près d’un million d’habitants, les mille favelas de la ville, représentent aussi un gigantesque réservoir de consommateurs.

Par Nicolas RANSOM

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/02/2015 Pakistan

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

Karachi, la plus grande ville du Pakistan, doit faire face à l’influence grandissante des Taliban. Pour y mettre fin, les forces de l’ordre ont lancé en septembre 2013...

En savoir plus

20/02/2015 Cisjordanie

Cisjordanie, le business des colonies

En Cisjordanie, les colonies juives continuent de s'étendre. Autorisées ou non par le gouvernement israélien, elles sont considérées comme illégales par la communauté...

En savoir plus

12/02/2015 Tunisie

Aux sources du jihad en Tunisie

La Tunisie a beau avoir fait le choix de la démocratie, le pays reste un important pourvoyeur de candidats au jihad. Depuis trois ans, des milliers de jeunes Tunisiens sont...

En savoir plus

05/02/2015 Inde

Inde : la rumeur du "Love Jihad"

En Inde, où la société est régulièrement secouée par des tensions religieuses, des extrémistes hindous accusent des musulmans de pratiquer un "Love Jihad", un "Jihad de l’amour"....

En savoir plus

30/01/2015 Syrie

Syrie : Kobané, la reconquête

Au nord de la Syrie, après de longs mois d’intenses combats, la ville kurde de Kobané, a été reprise aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique. Nos reporters ont...

En savoir plus