Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

En visite en Chine, Joe Biden vante la solidité de l'économie américaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2011

Les États-Unis "n'ont jamais été en défaut de paiement et ne le seront jamais." En visite en Chine, le vice-président américain a tenté de rassurer Pékin, principal créancier de Washington, sur la capacité de résistance de l'économie de son pays.

AFP - Le vice-président américain Joe Biden a voulu une nouvelle fois dimanche rassurer Pékin, premier créancier étranger de Washington, en déclarant que les Etats-Unis "ne seront jamais" en défaut de paiement, à l'issue d'une visite en Chine accaparée par la dette américaine.

M. Biden a également profité d'un discours prononcé devant quelque 250 étudiants de l'Université du Sichuan à Chengdu (sud-ouest) pour évoquer les droits de l'Homme et expliquer que la Chine "devrait chérir les échanges entre les citoyens, les étudiants et le gouvernement".

Mais c'est sur la question de la dette américaine, et de la solidité de la première économie mondiale -- un thème qui a accaparé ses discussions lors de la semaine écoulée à Pékin -- que le vice-président est d'abord revenu.

Les Etats-Unis "n'ont jamais été en défaut de paiement et ne le seront jamais", a assuré le vice-président, trois semaines après qu'un accord in extremis au Congrès a permis d'éviter un catastrophique défaut de paiement de leur dette.

M. Biden s'exprimait à l'issue d'une visite de cinq jours où il a tenté de rassurer les dirigeants chinois sur la résistance de l'économie américaine et la solidité des bons du Trésor, dans lesquels Pékin a investi 1.170 milliards de dollars.

En dépit des difficultés actuelles, a poursuivi M. Biden, "les Etats-Unis restent la meilleure option pour investir".

La Chine s'est montrée très inquiète après la dégradation de la note souveraine américaine par l'agence Standard & Poor's et la presse officielle avait appelé sèchement les Etats-Unis à cesser de vivre au-dessus de leurs moyens.

Mais les dirigeants chinois ont tenu des propos plus conciliants devant M. Biden.

"Vous avez transmis un message très clair au public chinois, selon lequel les Etats-Unis vont tenir leurs promesses et leurs engagements relatifs à leur dette souveraine", a ainsi déclaré le Premier ministre Wen Jiaobo en recevant vendredi M. Biden. "Cela va préserver la sécurité, la liquidité et la valeur des bons américains".

"J'ai entière confiance dans le fait que les Etats-Unis vont surmonter leurs difficultés et remettre leur économie sur les rails d'une croissance saine", a-t-il ajouté.

Au risque d'irriter ses hôtes chinois, M. Biden a évoqué la question des droits de l'Homme. La Chine "devrait chérir les échanges entre les citoyens, les étudiants et le gouvernement", a-t-il déclaré devant les étudiants chinois.

"La liberté libère le plein potentiel d'un peuple, et en son absence, les troubles suppurent", a ajouté M. Biden.

M. Biden a évoqué cette question à Pékin avec les dirigeants chinois lors de la semaine écoulée, selon des sources américaines, qui n'ont toutefois pas précisé s'il avait soulevé des cas particuliers.

La Chine avait accru sa répression de la dissidence après le début des insurrections arabes en février.

Avant la visite de M. Biden, Pékin a aussi renforcé son contrôle des opposants, appelés à faire "profil bas", selon des organisations de défense des droits de l'Homme. M. Biden n'en a apparemment rencontré aucun lors de sa visite.

Concernant les programmes nucléaires iranien et nord-coréen, le vice-président a appelé Pékin, dans son discours de Chengdu, à envoyer "un message clair" aux dirigeants iraniens pour qu'ils "se conforment à leurs obligations internationales" et a exprimé l'inquiétude des Etats-Unis face au programme nord-coréen. Les deux pays sont des alliés de la Chine.

M. Biden, dont c'est la première visite en Chine en tant que vice-président, devait se rendre lundi en Mongolie, puis au Japon.

Sa visite en Chine avait également pour but de permettre aux Etats-Unis d'entamer une relation de confiance avec la relève politique chinoise, notamment le vice-président Xi Jinping, appelé à succéder au président Hu Jintao en 2013, et que M. Biden a vu à plusieurs reprises à Pékin, mais aussi de manière moins formelle dans le Sichuan.

Première publication : 21/08/2011

  • FINANCE

    Contrairement à Standard & Poor's, l'agence Fitch confirme la note AAA des États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - CHINE

    Pékin juge sévèrement l'accord sur la dette publique américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)