Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

Economie

En visite en Chine, Joe Biden vante la solidité de l'économie américaine

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2011

Les États-Unis "n'ont jamais été en défaut de paiement et ne le seront jamais." En visite en Chine, le vice-président américain a tenté de rassurer Pékin, principal créancier de Washington, sur la capacité de résistance de l'économie de son pays.

AFP - Le vice-président américain Joe Biden a voulu une nouvelle fois dimanche rassurer Pékin, premier créancier étranger de Washington, en déclarant que les Etats-Unis "ne seront jamais" en défaut de paiement, à l'issue d'une visite en Chine accaparée par la dette américaine.

M. Biden a également profité d'un discours prononcé devant quelque 250 étudiants de l'Université du Sichuan à Chengdu (sud-ouest) pour évoquer les droits de l'Homme et expliquer que la Chine "devrait chérir les échanges entre les citoyens, les étudiants et le gouvernement".

Mais c'est sur la question de la dette américaine, et de la solidité de la première économie mondiale -- un thème qui a accaparé ses discussions lors de la semaine écoulée à Pékin -- que le vice-président est d'abord revenu.

Les Etats-Unis "n'ont jamais été en défaut de paiement et ne le seront jamais", a assuré le vice-président, trois semaines après qu'un accord in extremis au Congrès a permis d'éviter un catastrophique défaut de paiement de leur dette.

M. Biden s'exprimait à l'issue d'une visite de cinq jours où il a tenté de rassurer les dirigeants chinois sur la résistance de l'économie américaine et la solidité des bons du Trésor, dans lesquels Pékin a investi 1.170 milliards de dollars.

En dépit des difficultés actuelles, a poursuivi M. Biden, "les Etats-Unis restent la meilleure option pour investir".

La Chine s'est montrée très inquiète après la dégradation de la note souveraine américaine par l'agence Standard & Poor's et la presse officielle avait appelé sèchement les Etats-Unis à cesser de vivre au-dessus de leurs moyens.

Mais les dirigeants chinois ont tenu des propos plus conciliants devant M. Biden.

"Vous avez transmis un message très clair au public chinois, selon lequel les Etats-Unis vont tenir leurs promesses et leurs engagements relatifs à leur dette souveraine", a ainsi déclaré le Premier ministre Wen Jiaobo en recevant vendredi M. Biden. "Cela va préserver la sécurité, la liquidité et la valeur des bons américains".

"J'ai entière confiance dans le fait que les Etats-Unis vont surmonter leurs difficultés et remettre leur économie sur les rails d'une croissance saine", a-t-il ajouté.

Au risque d'irriter ses hôtes chinois, M. Biden a évoqué la question des droits de l'Homme. La Chine "devrait chérir les échanges entre les citoyens, les étudiants et le gouvernement", a-t-il déclaré devant les étudiants chinois.

"La liberté libère le plein potentiel d'un peuple, et en son absence, les troubles suppurent", a ajouté M. Biden.

M. Biden a évoqué cette question à Pékin avec les dirigeants chinois lors de la semaine écoulée, selon des sources américaines, qui n'ont toutefois pas précisé s'il avait soulevé des cas particuliers.

La Chine avait accru sa répression de la dissidence après le début des insurrections arabes en février.

Avant la visite de M. Biden, Pékin a aussi renforcé son contrôle des opposants, appelés à faire "profil bas", selon des organisations de défense des droits de l'Homme. M. Biden n'en a apparemment rencontré aucun lors de sa visite.

Concernant les programmes nucléaires iranien et nord-coréen, le vice-président a appelé Pékin, dans son discours de Chengdu, à envoyer "un message clair" aux dirigeants iraniens pour qu'ils "se conforment à leurs obligations internationales" et a exprimé l'inquiétude des Etats-Unis face au programme nord-coréen. Les deux pays sont des alliés de la Chine.

M. Biden, dont c'est la première visite en Chine en tant que vice-président, devait se rendre lundi en Mongolie, puis au Japon.

Sa visite en Chine avait également pour but de permettre aux Etats-Unis d'entamer une relation de confiance avec la relève politique chinoise, notamment le vice-président Xi Jinping, appelé à succéder au président Hu Jintao en 2013, et que M. Biden a vu à plusieurs reprises à Pékin, mais aussi de manière moins formelle dans le Sichuan.

Première publication : 21/08/2011

  • FINANCE

    Contrairement à Standard & Poor's, l'agence Fitch confirme la note AAA des États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - CHINE

    Pékin juge sévèrement l'accord sur la dette publique américaine

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)