Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Des opposants syriens se regroupent au sein d'un Conseil national

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2011

Une partie de l'opposition syrienne, dont les représentants étaient réunis samedi à Istanbul, est parvenue à créer un Conseil national qui, fort de ses 120 membres, sera chargé d'assurer la transition démocratique en Syrie.

REUTERS - Les représentants de l'opposition syrienne se sont réunis samedi en Turquie pour nommer les membres d'un conseil national qui sera chargé de préparer la transition démocratique en cas de renversement du président Bachar al Assad, confronté depuis cinq mois à un mouvement de contestation inédit de son régime.

Après une série de conférences marquées par des divisions entre islamistes et libéraux, les participants à la réunion d'Istanbul sont parvenus à se mettre d'accord sur le nom des 120 membres du conseil. L'instance sera la voix des dissidents en exil et des militants présents sur le terrain, ont indiqué des figures de lopposition.

"Ce sera une voix crédible pour la révolution démocratique", souligne Wael Merza, politologue. "Il nous faut une feuille de route pour une transition et une opposition unie", a-t-il ajouté.

Plusieurs pays occidentaux, qui ont renforcé leurs sanctions contre le régime de Bachar al Assad pour protester contre la répression sanglante de l'opposition, ont à plusieurs reprises déploré le manque d'unité au sein de l'opposition.

"Les membres de l'opposition commencent à prendre conscience qu'ils ne peuvent pas tous être chefs et qu'ils doivent répondre aux attentes de la communauté internationale", a indiqué Haj Saleh, figure de l'opposition.

Parmi les participants à la conférence d'Istanbul, figurent Moulhem Droubi, haut membre des Frères musulmans syriens, Cheikh Muteih al Butain, responsable du mouvement de
contestation dans la ville de Deraa (sud), l'ancien prisonnier politique Khaled al Haj Saleh et l'écrivain Hazem Nahar.

Première publication : 21/08/2011

  • SYRIE

    Le président syrien doit s'exprimer à la télévision

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne déploie des blindés dans la ville de Homs

    En savoir plus

  • SYRIE

    De nouvelles sanctions économiques peuvent-elles faire plier le régime de Damas ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)