Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

Tunis reconnaît à son tour le Conseil national de transition libyen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/08/2011

La Tunisie, jusqu'ici prudente vis-à-vis du Conseil national de transition (CNT) en raison de ses frontières communes avec la Libye, a décidé de reconnaître l'organe politique des insurgés comme représentant légitime du peuple libyen.

Reconnaissance internationale du CNT

Depuis le début du conflit le 15 février 2011, 45 pays ont reconnu le Conseil national de transition libyen (CNT) comme étant le "représentant unique et légitime du peuple libyen".

  • La France – 10 mars
  • Le Qatar – 28 mars
  • Les Maldives – 3 avril
  • L’Italie – 4 avril
  • Le Koweït – 4 avril
  • La Gambie – 22 avril
  • La Jordanie – 24 mai
  • Le Sénégal – 28 mai
  • Malte – 1er juin
  • L’Espagne – 8 juin
  • L’Australie – 9 juin
  • Les États-Unis – 9 juin
  • Les Émirats arabes unis – 12 juin
  • L’Allemagne – 13 juin
  • Le Canada – 14 juin
  • Le Panama - 14 juin
  • L'Autriche - 18 juin
  • La Lettonie - 20 juin
  • Le Danemark - 22 juin
  • La Bulgarie - 28 juin
  • La Croatie - 28 juin
  • La Turquie - 3 juillet
  • La Pologne - 7 juillet
  • Le Benelux (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas) - 13 juillet
  • La Slovénie - 20 juillet
  • La Grande-Bretagne - 27 juillet
  • Le Portugal - 29 juillet
  • Le Monténégro - 21 juillet
  • Le Gabon - 12 août
  • La Tunisie - 21 août
  • L'Égypte - 22 août
  • Koweït - 22 août
  • Autorité palestinienne - 22 août
  • Maroc - 22 août
  • Bahreïn - 23 août
  • Norvège - 23 août
  • Nigeria - 23 août
  • Irak - 23 août
  • Liban - 23 août
  • Grèce -23 août
  • Burkina Faso - 24 août
  • Éthiopie - 24 août
  • Niger - 27 août
  • Togo - 27 août
  • Bénin - 27 août
  • Guinée - 28 août
  • Russie - 1er septembre

AFP - La Tunisie a décidé de reconnaître le Conseil national transitoire libyen (CNT, rébellion) comme représentant légitime du peuple libyen alors que les heures du régime Kadhafi sont comptées selon la rébellion.

"La décision politique a été prise", a confirmé dimanche une source gouvernementale à l'AFP, alors que la rébellion a annoncé une opération en cours à Tripoli pour isoler le colonel Kadhafi et que des affrontements se déroulent dans la capitale.

Depuis le début du conflit il y a six mois, Tunis observait une neutralité prudente vis à vis des deux belligérants, justifiée par les relations de voisinage et les risques de débordement du conflit sur son sol.

La Tunisie, par laquelle sont passés environ 700.000 réfugiés fuyant le conflit, accueille toujours à l'heure actuelle quelque 100.000 Libyens, répartis dans tout le pays et parfois hébergés par des familles tunisiennes.

Dans la capitale, des milliers d'entre eux, anticipant la chute du régime Kadhafi, ont manifesté samedi soir dans la liesse devant l'ambassade libyenne, accrochant un énorme drapeau de la rébellion sur le fronton du bâtiment.

Par ailleurs, de nombreux responsables libyens, membres du régime Kadhafi ou de la rébellion, transitent en Tunisie, où se déroulent depuis des semaines tractations et discussions informelles, notamment à Djerba.

L'île tunisienne a constitué depuis le début du conflit une plaque tournante pour les responsables libyens des deux bords, et un point de départ pour des personnalités fuyant avant l'effondrement du régime.

L'ex numéro deux libyen et ancien compagnon de route de Kadhafi, Abdessalem Jalloud, s'est ainsi envolé avec sa famille samedi de Djerba vers l'Italie.

 

Première publication : 21/08/2011

  • TUNISIE

    Accrochage entre l'armée tunisienne et un groupe armé venant de la Libye voisine

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Quand les Tunisiens de France se remettent à parler politique

    En savoir plus

  • LIBYE

    Pour les rebelles, l'après-Kadhafi n'est plus très loin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)