Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 1)

En savoir plus

Asie - pacifique

Des zones proches de Fukushima interdites d'accès "pendant plusieurs décennies"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/08/2011

Cinq mois après la catastrophe de Fukushima, des médias japonais rapportent que plusieurs zones proches de la centrale nucléaire accidentée devraient demeurer interdites "pendant plusieurs décennies".

AFP - Certaines zones proches de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, dans le nord-est du Japon, vont probablement rester interdites "pendant plusieurs décennies", ont rapporté lundi les médias citant des sources officielles.

Le Premier ministre nippon, Naoto Kan, qui doit quitter le pouvoir à la fin du mois, devrait se rendre dans la région ce samedi pour présenter des excuses aux habitants évacués après le début de l'accident provoqué par un violent séisme et un tsunami géant le 11 mars.

Le journal Yomiuri, citant une source gouvernementale non identifiée, a indiqué que les zones se trouvant dans un rayon de trois kilomètres autour de la centrale Fukushima Daiichi seront probablement maintenues hors d'accès "pour une longue période -- peut-être plusieurs décennies".

Le gouvernement pourrait racheter certains terrains aux habitants afin d'y stocker temporairement les déchets radioactifs, y compris les débris et les boues contaminés de l'usine atomique, a ajouté le plus grand quotidien nippon.

Le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, n'a pas démenti ces informations.

"Je ne peux pas nier le fait qu'il puisse être difficile pour les résidents de certaines régions de revenir chez eux avant longtemps. Je m'en excuse profondément", a-t-il dit.

Après l'éclatement de la crise nucléaire la plus grave depuis celle de Tchernobyl il y a 25 ans, les autorités japonaises ont décrété une zone d'évacuation obligatoire dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale.

Plus de 85.000 personnes vivent depuis plus de cinq mois dans des centres d'accueil ou des logements préfabriqués, sans aucune certitude de retrouver un jour leur habitation.

Des analyses récentes effectuées par le ministère des Sciences et de la Technologie ont révélé des taux de radioactivité cinq fois supérieurs à la limite légale de 20 millisieverts par an dans 15 des 50 stations d'observation installées à l'intérieur de ce périmètre.

L'opérateur de la centrale nucléaire, Tokyo Electric Power (Tepco), a indiqué que les rejets radioactifs ont baissé de façon importante depuis l'accident et espère pouvoir ramener la température du combustible nucléaire en dessous des 100 degrés Celsius d'ici à janvier.
 

Première publication : 22/08/2011

  • JAPON

    La région de Fukushima frappée par un séisme de magnitude 6

    En savoir plus

  • JAPON

    Le gouvernement nippon limoge trois hauts responsables du nucléaire

    En savoir plus

  • JAPON

    La sécurité des centrales nucléaires nippones de nouveau testée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)