Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Boycott de la Fifa : "Toutes les options sont sur la table", prévient Platini

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sepp Blatter : "Envers et contre tous"

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fifagate : l'Afrique du Sud rejette les accusations autour du Mondial-2010

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Malaise chez les sponsors de la FIFA

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Darfour, le conflit oublié

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Au Mexique, la guerre de la drogue continue de tuer

En savoir plus

Economie

Les insurgés sont en passe de gagner la bataille du Net

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/08/2011

A Tripoli, l’accès au web semble en voie de rétablissement, selon plusieurs sources contactées par France 24. Même si la situation du paysage numérique y est encore confuse, ce retour à la normale serait un coup dur pour le pouvoir.

Dans l'ombre de la bataille faisant rage dans les rues, une lutte pour l’accès à l’Internet semble également se dérouler à Tripoli. Le pouvoir est à deux doigts de la perdre.  "Nous avons accès à l’Internet, ce qui signifie que Mohammed Kadhafi n’a pas repris le contrôle de l’unique FAI [Fournisseur d’accès à Internet, NDLR] du pays", assure ce mardi Freedom Fighter, un habitant de Tripoli qui relate sur Twitter les derniers événements dans la capitale libyenne.

Un changement majeur. En effet, depuis le début de l’insurrection en février dernier, la plupart des internautes basés à Tripoli, comme dans le reste du pays, ne pouvaient pas se connecter. Dimanche soir, tout a commencé à basculer. Sur les réseaux sociaux, les internautes libyens ont commencé à saluer le retour de l’Internet dans leur vie.

Depuis lors, les connexions au Web font du yo-yo à Tripoli. "La situation change d’heure en heure", confirmait lundi Renesys, une société américaine de veille sur le trafic Internet, dans un rapport publié sur son blog. Sur Twitter, les messages contradictoires se sont également succédés. Certains se réjouissaient de revoir en ligne des contacts dont ils n’avaient plus de nouvelles depuis six mois, tandis que d’autres postaient des informations selon lesquelles l’Internet n’étaient accessible lundi que par intermittence, et avec une connexion très lente.

Reste qu’il y a bel et bien une tendance au redémarrage. "Aujourd’hui, le trafic est 7,8 fois plus élevé qu’hier, et même si on n'est pas encore à un retour aux niveaux du mois de mars, ça remonte", explique à FRANCE 24, Julien Coulon, co-fondateur de Cedexis, une société qui se qualifie "d’aiguilleur du Net" et observe, entre autres, l'état du trafic sur l’Internet.

Le Trafic internet en Libye

Message étrange

Le retour de l’Internet, s’il se confirmait, serait une preuve de plus, selon Renesys, de la fragilité grandissante de l’emprise exercée par la famille Kadhafi sur le pays. Ainsi, un message étrange posté ce lundi sur le site officiel de la Libya Telecom and Technology (LTT) – contrôlé par Mohammed Kadhafi, l’un des fils du leader libyen - félicitait "la Libye [qui a su s'émanciper] de l’emprise du tyran". Le lendemain, ce soutien aux insurgés du seul FAI libyen avait disparu au profit d'un communiqué plus neutre : "La Libye est une tribu unie". Impossible de savoir, à l'heure qu'il est, si le premier message, célébrant la chute du colonel Kadhafi, était le fruit - ou non - d'un piratage du site.

Le message de soutien sur le site du seul FAI libyen
Sur le site, en arabe, de la Libya Telecom Technology, un message indiquait (entouré en rouge) : "Félicitation à la Libye qui a su s'émanciper de l’emprise du tyran".

Pour le régime libyen, perdre la bataille du Net serait un coup dur. Le clan Kadhafi avait dès le début de l’insurrection drastiquement réduit l’accès au web pour éviter tout scénario à l’égyptienne. Les opposants au dictateur déchu Hosni Moubarak avaient, en effet, massivement utilisé les réseaux sociaux pour s’organiser et informer le reste du monde du cours de leur révolution. Lorsque le régime égyptien, vacillant, s'était finalement décidé à couper l'accès au Net dans tout le pays, il était déjà trop tard.

Pour autant, Internet ne présente probablement pas une menace aussi importante pour le pouvoir libyen qu’en Egypte. En effet, moins de 10% de la population libyenne est connectée au web contrairement à l'Egypte, où ce chiffre est de plus de 20%, selon les statistiques 2010 du site internetworldstats.com.

Première publication : 23/08/2011

  • LIBYE

    Chronologie de six mois d'insurrection en Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    Carte : les principaux théâtres de combats à Tripoli

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Le retour d’Internet en Égypte est une décision gouvernementale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)