Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

SPORT

À Paris, Teddy Riner va tenter de réussir la passe de cinq

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/08/2011

Quadruple champion du monde des plus de 100 kg à seulement 22 ans, le judoka français Teddy Riner va tenter de décrocher une cinquième couronne mondiale lors des prochains Mondiaux, qui commencent ce mardi à Paris.

AFP - Il n'a que 22 ans et est déjà quatre fois champion du monde. Et cette semaine dans l'antre de Bercy, Teddy Riner, qu'aucun judoka n'a réussi à coucher sur le tapis depuis 5 ans, tentera d'entrer dans la légende en enlevant un 5e titre inédit, par amour du jeu.

Affublé de tous les superlatifs depuis son premier sacre mondial en 2007 à 18 ans, le maître des +100 kg n'est pas blasé et continue d'avancer, toujours motivé. Car il y a son sport à marquer et un premier titre olympique à s'offrir l'année prochaine aux Jeux de Londres.

Ce qui lui plaît, c'est le jeu. Et gagner. Tout et sans attendre.

"Il faut prendre tout ce qu'on peut prendre tout de suite. Quand je regarde comment le monde évolue, ce qu'il s'est passé au Japon, ce qu'il se passe un peu partout dans le monde, ce qu'il se passe dans les familles de chacun, des cancers à droite à gauche. Tu ne sais pas ce qu'il peut t'arriver. Ca va très vite. Alors, moi je profite", explique le colosse.

Devant son public à Paris, le Guadeloupéen entend entrer dans la légende en devenant le premier poids lourds à détenir cinq titres. Triple tenant du titre mondial sur les +100 kg, il est également champion du monde en toutes catégories (2008).

"Ce serait beau de dépasser les plus grands. Mon tour viendra où un autre petit jeune viendra battre mon record aussi. Les records sont faits pour être battus. Autant marquer le mien et gagner le plus de médailles, le plus vite possible tant que je peux encore", souligne le roi du ippon.

"J'en dors pas"

L'année dernière aux Mondiaux de Tokyo, il avait échoué à écrire l'Histoire. Sur sa route, il a croisé le jeune japonais Daiki Kamikawa qui l'a battu en finale des toutes catégories. Un combat perdu sans tomber mais sur décision des arbitres. Le deuxième seulement de sa carrière senior, débutée en 2007. Aux JO-2008, il a été battu par l’Ouzbek Abdullo Tangriev, pénalisé pour non-combativité.

Ce record de 5 titres, Riner y pense tous les jours.

"J'en dors pas !", dit-il en plaisantant avant de reprendre, plus sérieusement: "J'y pense tout le temps. Je me fais tous les scénarios possibles ! Du mec qui me met du truc dans la bouteille, du mec qui m'empêche d'y aller, d'une technique que je "foire" ou que je glisse, l'arbitrage qui est contre moi."

"Le mec je l'imagine comme s'il était à droite ou à gauche. Je m'imagine qu'il est plus rapide que moi. Des trucs de "ouf" !", poursuit-il.

Le géant de plus de 2 mètres devra attendre samedi pour jouer sa scène. D'ici-là, il patientera à Marcoussis avec ses copains de l'équipe de France qu'il se fera un malin plaisir à taquiner.

"La vie, il faut en profiter à fond. Ca doit être une partie de plaisir. Je vieillis mais dans ma tête je suis encore un gamin. Voilà je le dis. Moi il faut que je me marre", lance-t-il après avoir raconté qu'il avait baissé deux fois le pantalon de Sofiane Milous lors d'une présentation des Bleus à la presse.

Entre deux blagues de potache et quelques virées sur Bercy pour encourager les copains, il se détendra en lisant sa revue préférée : Mickey Magazine.

"Pour moi, il n'y a pas d'âge. Je préfère lire des trucs comme ça, tranquille. Et Mickey, il gagne toujours !"

Première publication : 23/08/2011

COMMENTAIRE(S)