Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 25/08/2011

"Kadhafi, plutôt vif que mort"

Presse internationale, Jeudi 25 août. A voir dans la presse internationale ce matin, Tripoli après la chute de Kadhafi. Le colonel est toujours en fuite, et sa tête vient d’être mise à prix:1,7 millions de dollars, mort ou vif. Mais beaucoup préfèreraient le voir arrêté, et jugé.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la situation à Tripoli, et un reportage du Guardian, qui revient sur l’entrée des combattants dans Tripoli et la chute du QG de Kadhafi.
 
L’ancien régime a désormais déserté le cœur du pouvoir, Bab al Azizia mais aussi le quartier des ministères, et le reporter nous raconte ces bureaux abandonnés par l’ancien gouvernement, ces bureaux ouverts «comme si  les ministres étaient juste sortis pour leur pause déjeuner», où les portraits de Kadhafi sont toujours suspendus aux murs.
Un peu plus loin, l’ambassade britannique, pillée en mars dernier par les forces loyalistes, la piscine de l’ambassadeur abandonnée, remplie d’algues désormais, avec cette affichette qui est restée: «Prière de se doucher avant la baignade».
Une découverte on l’aura compris assez  surréaliste de la capitale, une expérience «serpentine» à travers la ville, à travers des check points de fortune, parfois montés avec des ordures ménagères, le portrait de Kadhafi délibérément jeté au milieu.
Le reporter croise des combattants; la plupart se montrent amicaux, mais pas tous. Certains l’arrêtent et exigent ses papiers: «qui nous dit que vous n’êtes pas un espion ?», lui demandent-ils. Les habitudes ont la vie dure…
 
Et cette fébrilité s’explique aussi par la disparition du colonel Kadhafi, qui est toujours en fuite au moment où nous parlons, et qui reste une source d’inquiétude à Tripoli, au point que les  insurgés viennent de mettre sa tête à prix: 1,7 million de dollars pour la tête du "Guide" libyen, mort ou vif.
Mais ce matin The Daily Beast plaide pour qu’on le capture vivant: le colonel doit être livré au tribunal de La Haye pour répondre des crimes contre l’humanité qu’il a commis.
Certes, conclut le journaliste, Kadhafi doit payer pour ce qu’il a fait aux Libyens, mais il doit aussi répondre de l'attentat de Lockerbie qui a tué 270 personnes en 1988, et de l’attentat du DC-10 d'UTA qui a fait 170 morts, en 1989.
The Daily Beast qui revient également ce matin sur les dividendes récoltés par le président Obama après l’intervention de la coalition en Libye. Le président américain peut se consoler de ses déconvenues domestiques - croissance en berne et guérilla parlementaire avec les Républicains - grâce à ses succès extérieurs. Sa stratégie mesurée, multilatéraliste, et au cas par cas est entrain de porter ses fruits. Et c’est sans compter ce qui est sans doute sa plus grande réussite: la mort de Ben Laden.
Un autre sujet est aussi largement évoqué ce matin, la démission de Steve Jobs de la direction d’Apple. L’Américain qui a cofondé et dirigé Apple pendant 35 ans, le père de l'iPhone, qui est devenu l’une des figures emblématiques de la Silicon Valley, un gourou presque. Je vous propose de jeter un coup d’œil à cette déclaration d’amour qu’on a trouvée sur le Huffington Post: «Nous sommes Steve Jobs», une déclaration d’amour à cet homme visionnaire.
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

COMMENTAIRE(S)

Les archives

28/06/2017 Revue de presse internationale

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 28 juin, le nouveau regain de tension entre Russes et Américains en Syrie, un jugement de la cour d'appel de Paris dans...

En savoir plus

28/06/2017 Revue de presse française

"Code du travail : menu minceur"

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 28 juin, la présentation du projet de loi sur l'habilitation à réformer le Code du travail par ordonnances, l'élection de...

En savoir plus

27/06/2017 Revue de presse internationale

"Poutine, Trump, et Oliver Stone"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 27 juin, la décision de la Cour suprême américaine de rétablir partiellement le décret anti-immigration de Donald Trump, la...

En savoir plus

27/06/2017 Revue de presse française

"Oubliés les brocards phallocrates !"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 27 juin, la rentrée des parlementaires, dont, fait inédit, 40 % sont des femmes, le premier couac au sein du gouvernement, le...

En savoir plus

26/06/2017 Revue de presse française

"Hollande, Macron, passage de témoin"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 26 juin, la suite des concertations sur la réforme du Code du travail, la rentrée des parlementaires et l'état comateux du PS.

En savoir plus