Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Moyen-orient

De nouveaux affrontements menacent la trêve entre Israël et le Hamas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/08/2011

Tout en souhaitant maintenir la fragile trêve instaurée lundi avec le Hamas, Israël a déclaré poursuivre ses représailles contre le Jihad islamique tant que le groupe radical continuerait ses activités terroristes contre l'État hébreu.

AFP - Israël était engagé jeudi dans un cycle de représailles avec le groupe radical Jihad islamique dans la bande de Gaza, dont deux membres ont été tués en 24 heures, tout en s'efforçant de maintenir une trêve entre le Hamas, qui contrôle le territoire palestinien.

Une trêve tacite --à laquelle s'était joint le Jihad islamique-- était censée être en place depuis lundi entre le Hamas et Israël, après plusieurs jours de tirs de roquettes palestiniennes et de frappes israéliennes.

Mais en 24 heures, la reprise des violences à coûté la vie à cinq Palestiniens tués lors de raids aériens israéliens dans la bande de Gaza, d'où 19 roquettes et obus de mortiers ont été tirés vers le sud d'Israël.

"Nous continuerons à frapper ceux qui nous frappent. Le Jihad islamique, qui a la gâchette facile, commence à en payer le prix", a affirmé le ministre chargé de la défense passive, Matan Vilnaï, à la radio militaire.

"Nous avons touché ceux qui le méritaient et nous continuerons à le faire tant qu'il y aura du terrorisme contre Israël", a prévenu le ministre.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, est "responsable de ce qui se passe dans la bande de Gaza", a affirmé M. Vilnaï, tout en soulignant que le mouvement islamique faisait "preuve de prudence, car il (avait) tout intérêt à laisser passer cette vague" de violence.

"Dans le passé, il a déjà payé le prix fort", a insisté le ministre, faisant allusion à l'opération "Plomb durci" lancée par l'armée israélienne entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009, qui a coûté la vie à plus de 1.400 Palestiniens, en majorité des civils.

Le ministre chargé des services de renseignements, Dan Meridor, a pour sa part affirmé à la radio publique qu'Israël était prêt à respecter une trêve tacite. "Nous ne porterons pas atteinte au calme, si l'autre partie (palestinienne) en fait autant", a-t-il déclaré.

"Mais nous n'attendrons pas que l'on nous tire dessus et que des gens meurent pour agir", a-t-il ajouté.

Le porte-parole de l'armée a pour sa part affirmé dans un communiqué que l'aviation avait attaqué depuis mercredi soir "un site servant à stocker des armes" dans le nord de la bande de Gaza ainsi qu'un tunnel de contrebande et un atelier de fabrication d'armes dans le sud de la région.

"L'armée israélienne ne tolérera aucune tentative de porter atteinte aux civils et aux soldats israéliens et n'hésitera pas à répondre avec force et détermination contre tous ceux qui recourent au terrorisme jusqu'à ce que le calme revienne", a averti le porte-parole.

Dans un communiqué, le gouvernement du Hamas, au pouvoir à Gaza, avait fustigé mercredi "la violation de l'accalmie" par Israël, l'accusant de chercher "l'escalade".

Les principales factions palestiniennes de Gaza sont convenues de stopper les tirs "à condition qu'Israël cesse ses attaques" contre le territoire. Le calme avait prévalu mardi.

La nouvelle vague de violences s'est produite à la suite d'attaques qui ont fait huit morts le 18 août dans le sud d'Israël, à Eilat. Les forces israéliennes avaient abattu plusieurs assaillants, qui appartenaient selon l'Etat hébreu à un groupe radical palestinien de Gaza.

Cinq policiers égyptiens avaient aussi été tués dans des échanges de tirs, provoquant une crise diplomatique entre les deux pays voisins.

Les tirs de roquettes vers le sud d'Israël se sont également poursuivis. L'une de ces roquettes a provoqué mercredi soir des dégâts dans un bâtiment public, tandis qu'une deuxième a touché une voiture. Un bébé qui se trouvait à bord du véhicule a été légèrement blessé, selon une porte-parole de la police israélienne.

 

Première publication : 25/08/2011

  • PROCHE-ORIENT

    Regain de tension autour de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Tsahal renonce à une opération terrestre dans la bande de Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Des factions palestiniennes à Gaza s'accordent sur une trêve avec Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)