Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Amériques

Plus de 250 000 New-Yorkais évacués à l'approche de l'ouragan Irène

Vidéo par Nathan KING , Emmanuel SAINT-MARTIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2011

Le maire de New York a ordonné vendredi soir l'évacuation obligatoire de plus de 250 000 habitants à l'approche d'Irène, un ouragan au diamètre de 820 km qui devrait frapper la côte est ce week-end. Barack Obama a écourté ses vacances.

AFP - Le maire de New York a ordonné vendredi l'évacuation sans précédent de 250.000 personnes dans les zones côtières de la ville, où tous les transports en commun seront suspendus ce week-end dans l'attente de l'arrivée de l'ouragan Irène.

"Nous n'avons jamais imposé d'évacuation obligatoire et nous ne le ferions pas si nous ne pensions pas que la tempête peut être très grave", a déclaré Michael Bloomberg lors d'une conférence de presse. Irène, a-t-il dit, "se dirige "directement vers nous".

Cette mesure d'évacuation immédiate concerne quelque 250.000 personnes vivant dans des zones inondables dans le sud de Manhattan, dans le Queens, à Brooklyn, sur Staten Island et Coney Island, qui doivent toutes avoir quitté les lieux avant 17h00 (21h00 GMT) samedi.

New York, 8 millions d'habitants, est très largement entourée d'eau.

"C'est une question de vie ou de mort", a déclaré M. Bloomberg, en évoquant inondations, montée des eaux et vents violents. "Nous devons nous préparer pour le pire et espérer le meilleur", a-t-il ajouté.

Les transports publics - bus et métros- seront tous fermés à partir de samedi midi. Ils transportent en moyenne 5 millions de voyageurs par jour, un peu moins le week-end.

Quatre-vingt onze centres d'accueil ont été ouverts dans la ville, pouvant accueillir jusqu'à 71.000 personnes.

Tous les spectacles de Broadway ont été annulés pour le week-end, ainsi que des centaintes de festivals et fêtes en plein air.

Abreuvés de conseils par les chaînes locales de télévision, les New Yorkais ont stocké eau, nourriture, lampes de poches, piles et autre produits de première nécessité.

Vendredi soir, de longues files d'attente s'étaient formées devant les supermarchés où on comptait jusqu'à une heure d'attente pour entrer dans certains magasins.

Le maire a demandé aux New-Yorkais d'éviter les parcs, par crainte de chutes d'arbres, et de ne pas sortir à compter de samedi soir, au moins jusqu'à dimanche soir.

Vendredi, une vingtaine d'hôpitaux et maisons de retraite dans les zones inondables ont évacué leurs malades et patients vers d'autres établissements.

Des employés municipaux s'activaient à sécuriser tout ce qui pouvait l'être, et sur le chantier du World Trade Center, des mesures ont été prises pour protéger les 13 énormes grues.

Plusieurs universités ont repoussé leur pré-rentrée prévue dimanche.

"J'ai déjà stocké du beurre de cacahuète, de l'eau, des piles et du pain. Je vais rester chez moi ce week-end", explique Allie Walker, une employée de 25 ans, à l'AFP. "De toute façon, je n'ai pas de voiture, et il n'y aura plus de transports en commun".

"Nous sommes là pour une semaine de vacances, mais sans métro, qu'allons-nous faire ?" se demandait Maria, une touriste venue de Barcelone en famille.

Caroline était arrivée vendredi avec son sac de voyage au bureau. "Je pars dès que je peux chez ma mère", explique-elle.

Certains New Yorkais refusaient pourtant de paniquer.

"New York en a vu d'autres", expliquait Dan Casber, employé d'une ONG. "Il y aura beaucoup de pluie, du vent, peut-être des inondations, mais j'ai confiance".

Le président américain Barack Obama a insisté vendredi qu'il fallait prendre Irène "au sérieux".

L'ouragan devrait frapper la côte Est samedi matin, et remonter dimanche vers New York où "une tempête extrêmement dangereuse" pourrait provoquer une montée des eaux de 3 à 4 mètres, selon le Centre national des ouragans américain.

Véritable "monstre", Irène a un diamètre de 820 km environ, soit l'équivalent de près d'un tiers de la longueur totale de la côte Est américaine (2.675 km), selon une estimation de la Nasa faite à partir de satellites.

 

Première publication : 26/08/2011

  • Sur Les Observateurs

    Nos Observateurs américains prêts pour accueillir l'ouragan Irène

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    La côte est des États-Unis se prépare à l'arrivée de l'ouragan Irène

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    L'ouragan Irène balaie les Bahamas avant d'atteindre les États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)