Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

FRANCE

L'université d'été du Parti socialiste ouvre ses portes à La Rochelle

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/08/2011

Les cinq candidats socialistes à la primaire du PS participent à l'université d'été de leur parti qui se tient à partir de ce vendredi à La Rochelle. François Hollande devance Martine Aubry dans les derniers sondages.

AFP - A huit mois de la présidentielle et 45 jours de la primaire, l'Université d'été du PS ouvre ses portes vendredi après-midi à La Rochelle, sur fond de rivalités à fleurets mouchetés entre les cinq candidats socialistes pour 2012.

Suivre l'université d'été du PS sur Internet

L’université d’été du PS est retransmise en direct sur Internet. Les internautes présents à La Rochelle ou suivant en ligne la grand-messe socialiste peuvent réagir, contribuer et commenter instantanément tous les événements.

Pour réagir sur Twitter, utilisez le hashtag #UEPS et pour Facebook rendez-vous sur la page de l'événement.

Pour connaître le programme complet, cliquez sur ce lien.

Montrer ses différences sans étaler de discordances: voilà toute la difficulté de l'exercice durant ces trois journées.

Martine Aubry et François Hollande, favoris des sondages pour la compétition des 9 et 16 octobre, sont arrivés la veille dans le port rochelais soucieux d'afficher une unité de façade, autour de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, avec Ségolène Royal.

Dès son arrivée, Martine Aubry a lancé: "Pour moi, des débats, c'est pas des combats", tandis que François Hollande appelait à "être à la hauteur de la responsabilité" face à la crise.

Mais un sondage Ipsos paru vendredi est venu bruyamment les rappeler à la compétition en cours: il creuse l'écart entre le député de Corrèze et la maire de Lille, avec 42% pour le premier et 31% pour la seconde. Ségolène Royal est loin derrière, à 18%.

L'équipe de l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007 a immédiatement réagi. "Ne vous laissez pas empoisonner par ces sondages qui ne reposent que sur du vent. Les seuls sondages valables sont ceux du vote. N’oublions pas la leçon de la primaire écologiste", affirme-t-elle.

Et si l'unité est de facade, les petites phrases assassines entre camarades font déjà florès: Martine Aubry a lâché vendredi matin sur France Inter qu'elle avait, en succédant en 2008 à François Hollande rue de Solférino, transformé un PS qui "faisait pitié" en parti "prêt à gouverner".

La veille c'est François Hollande qui glissait : "Il se trouve que j'ai peut-être plus de responsabilité que d'autres parce que je suis regardé plus que d'autres comme pouvant éventuellement gagner" en 2012.

Ségolène Royal fait valoir, elle, son expérience de campagne présidentielle alors que les autres candidats n'ont eux "pas connu ce choc". Jeudi soir, lors d'un dîner avec des journalistes, elle assurait, sereine : "Je vais être en tête du 1er tour" de la primaire. "Je suis beaucoup plus dangereuse pour la droite que les deux autres".

Pour le député strauss-kahnien rallié à Martine Aubry, Jean-Christophe Cambadélis, cette opposition est normale et saine. "Le temps n'est pas aux +chochottes+" ni à "une primaire pépère", "place à l'incarnation, à la compétition", a-t-il lancé.

Reste que tout a été fait pour éviter un choc frontal. Les cinq candidats PS participeront, chacun de leur côté, à des séances plénières face aux militants. Vendredi, Martine Aubry planchera sur la crise, Manuel Valls sur le travail, samedi François Hollande sur la croissance, Ségolène Royal sur la société indignée et Arnaud Montebourg sur le monde en crise.

Les militants, dont l'affluence est record pour cette édition - 5.000 personnes sont attendues durant ces trois jours de débats - ne veulent pas de divisions et exhortent les candidats à rester unis. Pour eux, une priorité : assurer le succès des primaires, inédites en France.

Débarrassé des charges qui pesaient contre lui aux Etats-Unis, l'ancien chouchou des sondages Dominique Strauss-Kahn est le grand absent de cette université d'été. Mais ses déboires judiciaires ont laissé des traces: quatre Français sur cinq ne souhaitent pas qu'il revienne dans la course à la primaire socialiste, selon un sondage BVA.
 

Première publication : 26/08/2011

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Six candidats à l’investiture socialiste pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)