Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

L'ouragan Irène aborde la côte Est, New York en état d'alerte

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2011

Fortes pluies et rafales de vents s'abattent sur la côte Est des États-Unis. New York a suspendu le trafic des transports publics et ordonné l'évacuation de 370 000 habitants. Au moins trois personnes sont mortes depuis samedi.

AFP - L'ouragan Irène qui a commencé à frapper samedi la côte est américaine, a fait trois morts et entraîné l'évacuation d'1,5 million de personnes, alors que pluies torrentielles et vents violents provoquaient coupures d'électricité, annulations de vols et routes barrées.

"L'ouragan Irène longe la côte Est des États-Unis"

Deux personnes sont mortes en Caroline du nord et un enfant de onze ans a été tué par la chute d'un arbre sur son immeuble en Virginie, selon les services de secours.

Dans le New Jersey (côte nord-est des Etats-Unis), plus d'un million de personnes ont été évacuées des zones côtières, a indiqué le gouverneur de l'Etat Chris Christie dans une conférence de presse. La petite ville de Cap May, directement située sur la trajectoire d'Irène, a été désertée, avec 98% de sa population évacuée, a-t-il dit.

L'ouragan doit atteindre le New Jersey et New York dans la nuit de samedi à dimanche.

A New York, où 370.000 personnes ont été évacuées, des milliers de vols ont été annulés et tous les réseaux de transport de métro et de bus de la ville ont été suspendus samedi, une opération sans précédent.

Les aéroports de la région, J.F. Kennedy, Newark et La Guardia, ont aussi été fermés à la mi-journée. Les autorités n'ont pas précisé quand ils rouvriraient.

De nombreuses compagnies aériennes comme British Airways, Air France, American Airlines, Continental et d'autres transporteurs asiatiques, ont annulé leurs vols en provenance et à destination de New York, de Washington et d'autres villes de la côte Est du pays.

Le service ferroviaire a aussi été diminué et la compagnie Amtrack prévoit de suspendre tout le trafic sur la côte Est dimanche.

Les préparatifs sur Coney Island pour le passage d'Irène
Touristes et New Yorkais ont afflué samedi dans les centres d'accueil mis en place à New York, désemparés mais rarement inquiets.

"C'est bien organisé, et ce n'est pas un tsunami", a indiqué Philippe Kridelka, directeur du bureau de l'Unesco à New York, venu avec sa famille.

Harry Poalakakos, propriétaire du Harry Cafe dans le quartier de Wall Street, préfère rester dormir dans son café. "Il y aura beaucoup de vent, beaucoup d'eau. C'est tout. Cela arrive. Nous survivrons", dit-il à l'AFP.

A 14H00 heure locale (18H00 GMT), l'ouragan de catégorie 1 sur une échelle qui en compte 5, se trouvait à 70 km au nord-ouest de Cap Hatteras (Caroline du nord) et se déplaçait vers le nord-est à 20 km/h, avec des vents allant jusqu'à 140 km/h, selon le centre national des ouragans américains (NHC).

En Caroline du Nord, le premier état américain touché par l'ouragan, et dans la Virginie voisine, près de 900.000 foyers étaient privés d'électricité, selon un décompte des compagnies électriques, alors que les chaînes américaines passent en boucle les images de rues inondées et de maisons barricadées.

Irène doit longer la côte Est samedi et dimanche vers Washington, New York et Boston, une des régions les plus peuplées au monde avec 65 millions d'habitants, et pourrait s'accompagner de vagues de 3 à 4 mètres de haut, selon le NHC.

Sur l'autoroute entre Washington et New York, la pluie est battante. Sur les côtés, à intervalles réguliers, des tableaux lumineux indiquent : "Alerte à l'ouragan, soyez prêts", a constaté un journaliste de l'AFP.

Le président américain Barack Obama s'est rendu samedi matin dans un centre de crise à Washington: "Vous faites un magnifique travail, cela se voit", a lancé le président aux personnes y travaillant.

"les autorités ont fait ce qu'il fallait."
M. Obama s'est à cette occasion entretenu avec des responsables nationaux et locaux de secours: "Ca va être dur d'en finir avec tout ça", a-t-il dit, "ça va être 72 longues heures. C'est évident, beaucoup de familles vont être touchées".

Les autorités craignent les dégâts qui pourraient coûter de 5 à 10 milliards de dollars, selon des estimations d'experts.

L'ouragan avait légèrement faibli samedi matin, avec des vents de 140 km/h au lieu des 160 km/h enregistrés dans la nuit, passant ainsi en catégorie 1, la plus basse sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte cinq, soit des vents compris entre 119 et 153 km/h.

"Nous n'avons pas connu une telle menace d'ouragan depuis des décennies", a déclaré à l'AFP Chris Vaccaro, porte-parole des services météorologiques.

Véritable "monstre", Irène a un diamètre de 840 km environ, soit l'équivalent de près d'un tiers de la longueur totale de la côte Est américaine (2.675 km), selon une estimation de la Nasa faite samedi à partir de satellites.

Le nord-est des Etats-Unis échappe habituellement à ces dépressions. Gloria, en 1985, est le dernier ouragan à avoir touché New York.

"Cela va être un très long week-end pour les habitants" de la côte Est, a conclu M. Vaccaro.

Première publication : 27/08/2011

  • Sur Les Observateurs

    Nos Observateurs américains prêts pour accueillir l'ouragan Irène

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    L'ouragan Irène balaie les Bahamas avant d'atteindre les États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)