Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen en campagne auprès de l'électorat pieds-noirs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2011

En marge d'un rassemblement de pieds-noirs dans les Pyrénées-Orientales, la présidente du Front national a insisté sur la reconnaissance de la responsabilité de l'État dans les évènements liés à l'indépendance algérienne de 1962.

AFP - Marine Le Pen, présidente du Front national, a assuré samedi aux pieds-noirs qu'elle satisferait leurs grandes revendications si elle est élue présidente, dans un effort pour rallier un électorat réceptif.

Mme Le Pen a accusé le président Nicolas Sarkozy de ne pas avoir tenu les promesses qu'il avait faites aux pieds-noirs pendant la campagne de 2007.

Les promesses des différents gouvernements et celles de M. Sarkozy, "nous ferons en sorte de les remplir si le peuple français nous fait confiance en 2012", a-t-elle dit à la presse en marge d'un rassemblement de pieds-noirs au Barcarès.

En particulier, l'Etat français doit reconnaître sa responsabilité dans les événements qui ont accompagné l'indépendance algérienne de 1962, a-t-elle dit.

Mme Le Pen n'aurait jamais cru que les pieds-noirs et les harkis "seraient cinquante ans après toujours les victimes de promesses qui n'ont jamais été tenues... Le comportement à leur égard est éminemment criticable. Je pense qu'ils savent qu'ils peuvent compter sur nous comme ils ont toujours pu le faire", a-t-elle dit. Elle s'est réclamée de son père qui avait abandonné son mandat de député pour aller combattre en Algérie.

Mme Le Pen et son compagnon Louis Aliot, vice-président du Front national et fils lui-même de rapatriée, ont passé une grande partie de la journée parmi des centaines de pieds-noirs. Ils ont déposé une gerbe devant une stèle à la mémoire des rapatriés, chanté le Chant des Africains, visité les stands de ce rassemblement pied-noir. Ils devaient prendre la parole après avoir déjeuné au milieu d'eux.

Les pieds-noirs passent pour très majoritairement acquis à la droite. Le Front national estime que M. Sarkozy a pris chez eux beaucoup de voix à Jean-Marie Le Pen en 2007 avec des promesses qu'il n'a pas tenues.

Les pieds-noirs "ont le sentiment - je pense à juste titre - d'être baladés depuis maintenant des années", a dit Mme Le Pen. Elle a pris en exemple le retrait "piteux" selon elle d'un alinéa très controversé qui disait l'impact positif de la colonisation dans une loi de 2005.
 

Première publication : 27/08/2011

  • Caroline Fourest, journaliste et co-auteur de "Marine Le Pen"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marine Le Pen au défilé FN du 1er-Mai en tant que présidente de parti

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)