Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

Moyen-orient

Une mission de l'ONU juge "urgent" de protéger les civils victimes de la répression

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2011

Il y a une "nécessité urgente de protéger les civils" en Syrie, estiment les Nations unies. Selon l'ONU, le bilan de la répression orchestrée par le régime de Bachar al-Assad s'élève à plus de 2 200 morts depuis mars dernier.

AFP - Une mission humanitaire de l'ONU a jugé "urgent" de protéger les civils en Syrie, où la répression a fait huit nouveaux morts à l'occasion des rassemblements de dizaines de milliers de manifestants antirégime pour le dernier vendredi du ramadan.

Trois personnes ont péri à Deir Ezzor (nord-est) après la grande prière, un manifestant à Nawa dans le sud, un garçon de 16 ans à Idleb (nord-ouest), un homme à Lattaquié (nord-ouest) et un autre tué par balle à Homs (centre), selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, qui fait état de nombreux blessés.

Un homme de 56 ans est mort en détention à Maaret Al-Nomane, à 250 km au nord de Damas, mais son corps n'a pas été rendu à la famille, a ajouté l'ONG.

Des dizaines de milliers de personnes ont à nouveau manifesté à travers le pays contre le régime du président Bachar al-Assad, à l'appel de la page Facebook "Syrian revolution 2011" qui avait placé cette journée sous le thème du "Vendredi de la patience et de la persévérance".

Selon Abdel Karim Rihaoui, président de la Ligue syrienne des droits de l'Homme, libéré après dix jours de détention, les manifestations se sont étendues au quartier de Midane, à Damas, malgré des tirs et une très forte présence sécuritaire.

Rendant compte de la première mission humanitaire à être admise dans le pays depuis que M. Assad a lancé en mars une répression meurtrière contre les manifestations de l'opposition, un porte-parole de l'ONU, Farhan Haq, a dénoncé une "utilisation excessive de la force".

"La mission a conclu que bien qu'il n'y ait pas de crise humanitaire à l'échelle nationale, il y a une nécessité urgente de protéger les civils contre l'utilisation excessive de la force", a-t-il déclaré.

L'émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al-Thani, a qualifié la répression de "stérile" et appelé les autorités à faire rapidement d'importantes réformes.

La communauté internationale restait toutefois divisée dans ce dossier, la Russie, alliée du régime syrien, ayant présenté un projet de résolution sur la Syrie écartant les sanctions voulues par les Occidentaux pour sa répression sanglante, selon des diplomates.

Moscou a laissé entendre qu'elle pourrait opposer son veto à toute résolution comportant des sanctions.

Autre allié du régime, le chef du Hezbollah chiite libanais Hassan Nasrallah a réaffirmé son soutien à M. Assad, appelant vendredi les "amis" de la Syrie à favoriser le dialogue pour éviter des conséquences "dangereuses" dans la région.

Selon l'ONU, le bilan de la répression s'élève à plus de 2.200 morts depuis mars et l'ambassadeur de Syrie à l'ONU, Bachar Jaafari, a assuré le 11 août que 500 membres des forces de l'ordre avaient été tués par des manifestants depuis le début de la révolte le 15 mars.

L'agence officielle Sana a affirmé que trois policiers avaient été blessés par balles par des hommes armés et cagoulés dont deux ont été tués. Le régime attribue les violences à des "gangs armés terroristes" et refusent de reconnaître l'ampleur de la contestation qui ne s'essoufle pas.

Enfin, Paris a condamné l'agression "brutale et choquante" jeudi du caricaturiste syrien Ali Ferzat et rappelé sa détermination à "tout mettre en oeuvre" pour que M. Assad, déjà soumis à des sanctions, mette fin à la répression.

Sana a assuré que la police avait ouvert une enquête pour retrouver les agresseurs du caricaturiste. Selon cet artiste âgé de 60 ans, quatre hommes l'ont enlevé alors qu'il rentrait chez lui à l'aube, lui ont brisé deux doigts de la main gauche ainsi que le bras droit et abîmé l'oeil gauche.

Première publication : 27/08/2011

  • SYRIE

    L'UE s'entend pour élargir les sanctions contre le régime d'Al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un célèbre caricaturiste syrien passé à tabac

    En savoir plus

  • SYRIE

    De nouvelles sanctions économiques peuvent-elles faire plier le régime de Damas ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)