Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Afrique

La brigade de Misrata a emporté le poing de cuivre de Bab al-Aziziya

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2011

Les combattants de Misrata sont installés sur la plage privée de la femme de Kadhafi. De la bataille de Tripoli, ils rapportent un symbole du régime déchu : le poing de cuivre, sculpture de Bab al-Aziziya, le QG de Kadhafi.

Depuis la bataille de Tripoli, la brigade de Misrata a choisi comme camp de base la plage privée de la femme de Kadhafi. Les combattants anti-Kadhafi ont ramené un "souvenir" de la capitale libyenne, un symbole du régime déchu pris à Bab al-Aziziya : le célèbre poing de cuivre qui enserre en le brisant un avion de chasse, évocation du bombardement raté de l'US Air Force en 1986. Ces hommes de Misrata disent vouloir "l'apporter sur la place centrale de Misrata".

La sculpture de Bab al-Aziziya apparaissait souvent à la télévision libyenne lors des discours de Mouammar Kadhafi.

Les hommes et les munitions continuent à affluer depuis Misrata pour tenter de capturer le colonel Kadhafi, toujours en fuite.

Première publication : 28/08/2011

  • EN IMAGES - EXCLUSIF

    Au cœur de la bataille d'Abou Salim

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le calme est de retour à Tripoli après plusieurs jours de combats

    En savoir plus

  • REPORTAGE - EXCLUSIF

    Dans l'hôpital central de Tripoli, les blessés affluent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)