Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

La brigade de Misrata a emporté le poing de cuivre de Bab al-Aziziya

Vidéo par Virginie HERZ

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2011

Les combattants de Misrata sont installés sur la plage privée de la femme de Kadhafi. De la bataille de Tripoli, ils rapportent un symbole du régime déchu : le poing de cuivre, sculpture de Bab al-Aziziya, le QG de Kadhafi.

Depuis la bataille de Tripoli, la brigade de Misrata a choisi comme camp de base la plage privée de la femme de Kadhafi. Les combattants anti-Kadhafi ont ramené un "souvenir" de la capitale libyenne, un symbole du régime déchu pris à Bab al-Aziziya : le célèbre poing de cuivre qui enserre en le brisant un avion de chasse, évocation du bombardement raté de l'US Air Force en 1986. Ces hommes de Misrata disent vouloir "l'apporter sur la place centrale de Misrata".

La sculpture de Bab al-Aziziya apparaissait souvent à la télévision libyenne lors des discours de Mouammar Kadhafi.

Les hommes et les munitions continuent à affluer depuis Misrata pour tenter de capturer le colonel Kadhafi, toujours en fuite.

Première publication : 28/08/2011

  • EN IMAGES - EXCLUSIF

    Au cœur de la bataille d'Abou Salim

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le calme est de retour à Tripoli après plusieurs jours de combats

    En savoir plus

  • REPORTAGE - EXCLUSIF

    Dans l'hôpital central de Tripoli, les blessés affluent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)