Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 29/08/2011

La Chine en croisade contre les rumeurs sur Internet

Aujourd’hui sur le net, la Chine part en guerre contre les rumeurs relayées sur la toile. Le magazine Vogue Italie est au cœur d’une polémique en ligne. Et un skater espagnol révolutionne sa discipline.

La Chine en croisade contre les rumeurs sur Internet

Plusieurs internautes chinois jugés coupables d’avoir répandu de fausses rumeurs ont vu leur compte de microblogging suspendu pour un mois. C’est l’annonce qui a été faite vendredi par Sina Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, à ses 200 millions d’utilisateurs. Le site explique ainsi qu’un membre a été sanctionné après avoir accusé la Croix-Rouge chinoise de vendre à des hôpitaux du sang donné par des bénévoles.

Des mesures qui ont provoqué une vague de protestations sur la Toile. Certains estiment notamment que ces suspensions ne font qu’amplifier les rumeurs, tandis que d’autres y voient une stratégie du gouvernement pour renforcer la censure en ligne.

La semaine dernière, Liu Qi, un haut responsable du parti communiste chinois, a effectué une visite dans les locaux de Sina, appelant la compagnie à tout mettre en œuvre pour lutter contre les fausses informations circulant sur Internet.

Et l’inquiétude des autorités vis-à-vis du Web semble être montée d’un cran après deux événements qui ont démontré le potentiel des réseaux sociaux à mobiliser la population contre le pouvoir.

Le mois dernier, des millions d’internautes s’en étaient pris au ministère du Rail, l’accusant de corruption et d’incompétence, après une collision meurtrière entre deux trains à Wenzhou dans le sud-est du pays.

Et il y a à peine deux semaines, les microblogs se sont retrouvés au milieu d’un vaste mouvement de protestation à Dalian, dans le nord-est de la Chine, contre une usine de produits chimiques. Les manifestants, descendus massivement dans les rues le 14 août, ont finalement obtenu gain de cause, l’usine ayant immédiatement été fermée pour être délocalisée.

 

Le magazine Vogue Italie crée la polémique en ligne

Le magazine Vogue Italie est au centre d’une polémique sur la toile. Dans son édition en ligne, le célèbre journal de mode a en effet fait la promotion de bijoux dénommés « boucles d’oreilles d’esclaves », les décrivant comme « l’art des femmes de couleur emmenées aux Etats-Unis ». Choquée par cette appellation, une blogueuse américaine, Dawnavette, a alors alerté ses lecteurs et l’information n’a pas tardé à se répandre comme une traînée de poudre sur le web.

Et c’est essentiellement via le site de microblogging Twitter que les internautes ont exprimé leur colère et leur indignation. Ils sont ainsi nombreux à avoir dénoncé le caractère raciste de ces boucles d’oreilles et exigé que Vogue présente ses excuses aux femmes noires. Plusieurs d’entre eux ont également pointé du doigt des précédents dans l’histoire du magazine comme cette publicité datant de 1946 et qui utilisait déjà la même expression « boucles d’oreilles d’esclaves ».

Un mouvement de protestation qui a été entendu puisque Franca Sozzani, la rédactrice en chef de Vogue Italie, a fini par présenter ses excuses en mettant en cause une mauvaise traduction de l’anglais vers l’italien. Et les références à l’esclavage ont disparu du site italien où les bijoux sont désormais baptisés « boucles d’oreilles ethniques ».

Malgré les efforts de Vogue pour mettre un terme à la polémique, les réactions négatives continuent d’affluer sur le net. Les internautes jugent ainsi avec ironie que le mal est fait et qu’un changement d’appellation des bijoux n’y changera rien. Un avis partagé par le blogueur David Walters qui fait également remarquer que cette erreur est d’autant plus grave qu’elle a été commise par un magazine de mode censé représenter le bon goût, ce qui n’est clairement pas le cas ici…

 

Un nouveau mécène pour une île artificielle

Une île artificielle, mobile et autogérée dans les eaux internationales, c’est le projet pharaonique auquel Peter Thiel, fondateur du site Internet Paypal, vient de donner un important coup de pouce avec une donation de plus d’un million de dollars. Nommée « Seastanding », l’île devrait disposer de son propre gouvernement et héberger dans un premier temps 270 personnes. Le lancement de la cité-Etat est attendu pour 2015.


Des contes illustrés avec des ballons

Des ballons de baudruches pour recréer des scènes de contes célèbres : c’est l’idée originale qu’ont eue les artistes Larry Moss et Kelly Cheatle. Ces photographies, qu’ils nomment « Airigami », sont ainsi faites intégralement à l’aide de ballons gonflables. Une série de clichés nommée « Il était un fois », qui se présente comme un hommage à des oeuvres comme « Le petit chaperon rouge », ou encore « Les trois petits cochons ».

 

Vidéo du jour

Kilian Martin n’est pas un skater comme les autres… En effet comme on peut le voir dans cette vidéo qui circule actuellement sur les sites de partage, le jeune Espagnol réalise des figures époustouflantes avec sa planche à roulettes qui devient une véritable extension de son propre corps. Un artiste du bitume qui associe skateboard et figures de gymnastiques pour réinventer une discipline dans laquelle il excelle.

Par Electron Libre

Comments

COMMENTAIRE(S)

 
 
Les archives

10/07/2014 Réseaux sociaux

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

Au sommaire de cette édition : la Toile réagit à la défaite du Brésil en demi-finale de la Coupe du monde ; une mesure anti-SDF suscite la polémique en Malaisie ; et un...

En savoir plus

09/07/2014 Réseaux sociaux

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

Au sommaire de cette édition : la Toile kényane réclame plus de démocratie ; les travailleurs philippins dénoncent en ligne leurs conditions de travail ; et une vidéo embarquée...

En savoir plus

08/07/2014 Réseaux sociaux

La montre du "calife" de l'EIIL intrigue la Toile

Au sommaire de cette édition : la montre du "calife" de l’État islamique intrigue le web ; les internautes italiens dénoncent le manque d’accessibilité des transports public aux...

En savoir plus

07/07/2014 Réseaux sociaux

Des internautes ordinaires surveillés par la NSA

Au sommaire de cette édition : le Washington Post publie une nouvelle enquête sur les écoutes de la NSA ; une Barbie chauve va être commercialisée pour les enfants atteints du...

En savoir plus

05/07/2014 Réseaux sociaux

Face aux géants du web, les hotêliers français s'organisent

Près d'une réservation hôtelière sur deux se fait aujourd'hui via des agences de voyages en ligne. Un chiffre en constante augmentation qui inquiète les professionnels du...

En savoir plus