Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Cinq membres des "Zetas" arrêtés pour l'incendie du casino de Monterrey

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/08/2011

Cinq membres du gang des "Zetas" soupçonnés d'avoir participé à l'incendie du Casino Royale de Monterey, à l'ouest du Mexique, qui a fait 52 morts et 10 blessés, ont été arrêtés, selon le gouverneur de l'État du Nueovo Leon.

AFP - Cinq membres présumés du groupe criminel des "Zetas", soupçonnés d'avoir participé à l'incendie d'un casino de Monterrey (nord du Mexique) ayant fait 52 victimes, ont été arrêtés, a annoncé lundi le gouverneur de l'Etat du Nuevo Leon, Rodrigo Medina.
              
Selon le procureur de l'Etat, Adrian de la Garza, les cinq personnes arrêtées ont toutes reconnu leur participation à l'incendie du Casino Royale situé à l'ouest de Monterrey, troisième ville du Mexique.
              
"Tous ont confessé appartenir au groupe criminel des +Zetas+", a ajouté le gouverneur lors d'une conférence de presse.
              
La police a arrêté dimanche un adolescent conduisant un voiture volée à Escobedo, une municipalité proche de Monterrey. Le jeune homme a reconnu sa  participation à l'attaque du Casino Royale et a donné des informations qui ont permis la capture de quatre de ses complices.
              
Jeudi après-midi, une dizaine d'hommes armés, arrivés dans quatre véhicules, avaient mis le feu au casino après y avoir répandu du liquide inflammable, au cours d'une opération éclair de 2 minutes 30 qui a fait 52 morts, dont 35 femmes.
              
Selon le gouverneur, le mobile de l'attentat a probablement été un racket à l'encontre des propriétaire de l'établissement. Il a assuré que les autorités judiciaires détenaient les preuves de l'implication des personnes arrêtées dans le crime.
              
Les auteurs de l'attaque ont été qualifiés de "véritables terroristes", par le président mexicain Felipe Calderon, qui avait décrété trois jours de deuil national la semaine dernière.
              
Ce crime avait choqué au-delà des frontières et avait notamment été dénoncé par les Etats-Unis et la France.
              
Le gouvernement a envoyé dans le Nuevo Leon 3.000 éléments supplémentaires des forces de sécurité, policiers fédéraux et militaires.
              
Dimanche, plus de 2.000 personnes ont manifesté à Monterrey pour exiger la fin de la violence, en forte recrudescence ces dernières années autour de cette ville industrielle et universitaire.
              
Selon les autorités, la montée de la violence dans la région est la conséquence de l'affrontement forcené qui oppose le cartel du Golfe et son ancien bras armé, "Los Zetas", formé d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine.
              
Depuis deux ans, les méthodes brutales des "Zetas" sèment la terreur dans tout le nord du Mexique, et le groupe a établi des ramifications dans une vingtaine d'Etats du pays, ainsi que dans plusieurs pays latino-américains.
              
Pour financer leur guerre contre leurs anciens alliés, outre le trafic de drogue, les Zetas se sont spécialisés dans les assassinats, les enlèvements, les activités d'extorsion ou le trafic de carburant volé.
              
Il y a un an, en août 2010, les Zetas avaient été accusés du massacre de 72 immigrants clandestins latino-américains, retrouvés dans un ranch de l'Etat du Tamaulipas (nord-est) les mains liées dans le dos.
              
Depuis le lancement de l'offensive militaire lancée par le gouvernement du président Calderon en décembre 2006, on compte plus de 41.000 morts liés aux combats entre cartels ou aux affrontements entre les groupes criminels et les forces de sécurité, mais incluant également un nombre indéterminé de victimes civiles "collatérales".

 

Première publication : 29/08/2011

  • MEXIQUE

    Des dizaines de morts dans l'attaque d'un casino à Monterrey

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Arrestation du chef d'une bande de tueurs soupçonnée de 1 500 meurtres

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Trafic d'êtres humains : plus de 1 000 arrestations près de Ciudad Juarez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)