Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Union européenne prête à imposer un embargo sur le pétrole syrien

©

Vidéo par Ben BARNIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2011

Un embargo européen sur les importations de pétrole syrien devrait être confirmé d'ici la fin de la semaine par les gouvernements des Vingt-Sept. Une sanction aux conséquences lourdes : l'UE achète 95 % du pétrole exporté par la Syrie.

AFP - L'Union européenne est prête à décréter un embargo sur les importations de pétrole syrien en raison de la poursuite de la répression violente de la contestation dans le pays par le régime, ont indiqué lundi à l'AFP des sources diplomatiques européennes.
              
"Il y a un consensus politique sur un embargo européen sur les importations de produits pétroliers syriens", a affirmé un de ces diplomates s'exprimant sous couvert de l'anonymat, à l'issue d'une réunion d'experts de l'UE sur le sujet à Bruxelles.
              
Cette réunion d'experts n'a montré "aucune objection" d'un des 27 pays à un tel embargo pétrolier, a précisé un autre diplomate européen.
              
La décision devrait devenir effective d'ici la fin de la semaine après sa confirmation par les gouvernements des 27 pays européens.
              
Elle aura un impact certain: l'UE achète 95% du pétrole exporté par la Syrie, ce qui représente entre un quart et un tiers des recettes du pays.
              
Des discussions se poursuivent par contre entre Européens sur la nécessité ou non d'un embargo complémentaire sur les investissements dans le secteur pétrolier syrien.
              
Ces nouvelles sanctions européennes à l'encontre du régime de Bachar al-Assad s'ajoutent aux mesures déjà prises à l'encontre de 50 personnalités, dont trois responsables iraniens, et huit "entités" syriennes et iraniennes, liées au régime et à la répression en cours. Mais ce sont les premières sanctions concernant le secteur pétrolier.
              
Les Etats-Unis ont déjà décrété de leur côté un embargo d'importation sur le pétrole syrien mais cette sanction était surtout symbolique puisque les Américains n'importent pas de pétrole de Syrie.
              
Les Européens ont également présenté la semaine dernière devant le Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution prévoyant des sanctions contre le régime libyen mais ce projet a été contré par la Russie qui a menacé d'opposer son veto à toute résolution de sanctions qui serait mise au vote.
              
Le projet européen, présenté par la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et le Portugal et soutenu par les Etats-Unis, appelle à un gel des avoirs financiers du président Bachar al-Assad et de son entourage et à un embargo sur les armes.
              
La Russie a affirmé que le moment n'était pas venu d'imposer des mesures punitives à Damas en réponse à la répression du mouvement d'opposition qui, selon l'ONU, a déjà coûté la vie à plus de 2.200 civils.
              
L'Iran, qui est visé par les sanctions européennes, a démenti de son côté lundi tout rôle en Syrie et dénoncé les sanctions de l'Union européenne contre l'unité Qods (forces spéciales des Gardiens de la révolution) accusée d'avoir aidé le régime syrien à réprimer les manifestations de protestations.
              
L'UE accuse l'unité Qods d'avoir "fourni aux services de sécurité syriens une assistance technique, du matériel et un soutien pour les aider à réprimer les mouvements de contestation civils".
              
Un précédent train de sanctions de l'UE en juin avait déjà visé trois dirigeants des Gardiens de la révolution, force idéologique d'élite du régime iranien, accusés d'aider à la répression en Syrie.
              
L'Iran, proche allié de Damas, accuse les pays occidentaux et certains pays arabes d'attiser et d'exploiter les troubles en Syrie.

Première publication : 29/08/2011

  • SYRIE

    Opération militaire des forces de sécurité syriennes près de la frontière libanaise

    En savoir plus

  • SYRIE

    Une mission de l'ONU juge "urgent" de protéger les civils victimes de la répression

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'UE s'entend pour élargir les sanctions contre le régime d'Al-Assad

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)