Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

Economie

Piratage informatique : le régime chinois s'est-il trahi ?

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/08/2011

La chaîne officielle chinoise CCTV 7 aurait montré dans un reportage comment Pékin s'y prenait pour lancer des cyberattaques contre les États-Unis. Un document inédit... qui laisse toutefois certains spécialistes dubitatifs.

Boulette ? Le 16 juillet dernier, la chaîne de télévision officielle chinoise CCTV 7 aurait divulgué - par mégarde - la manière dont les autorités chinoises lancent des attaques informatiques contre les États-Unis.

Diffusée dans le cadre d’un reportage sur les cybermenaces qui pèsent sur la Chine, une séquence d’environ 7 secondes montre un militaire, spécialiste des nouvelles technologies, expliquer que son pays est constamment soumis à des attaques informatiques. Puis, celui-ci ajoute qu’il existe plusieurs moyens de pirater des sites Internet. Des propos illustrés, dans le reportage, avec les images d’un logiciel permettant de lancer des attaques informatiques… qui était configuré pour s'en prendre au site d’une université américaine, comme ont pu le noter des internautes. Le programme visait, plus précisément, l’antenne de la secte Falun Gong - persécutée en Chine - à l’université d’Alabama.

La maladresse est inédite dans un pays où les médias sont étroitement contrôlés par le régime. Jusqu’à présent, Pékin a d'ailleurs toujours nié mener des actes de piratage informatique et plutôt pris l’habitude, en la matière, de se poser en victime des puissances étrangères. Quelques jours après sa diffusion, le reportage incriminé disparaissait du site officiel de la chaîne de télévision chinoise. Une preuve de plus de l'impair commis par des journalistes de CCTV ?

Top Gun

Plusieurs spécialistes en sécurité informatique restent cependant dubitatifs au sujet de cette séquence télévisuelle. Le logiciel de piratage présenté à l’écran dispose, par exemple, d’un gros bouton "Attaque" "un peu caricatural", selon deux experts militaires américains, Andrew Erickson et Gabe Collins, interrogés par le blog China Sign Post. Un look rétro qui montre que le logiciel existerait depuis une dizaine d’années, poursuivent les deux spécialistes, dans un décryptage complet de cette vidéo.

Selon Andrew Erickson et Gabe Collins, la qualité des images, qui semblent sorties tout droit d’un autre temps, laisse penser qu'il s'agit d'un montage réalisé par CCTV 7 pour montrer aux téléspectateurs comment pirater un site Internet.

Si tel est le cas, il ne s’agirait pas d’une première. La télévision chinoise a effectivement eu plusieurs fois recours à des procédés maladroits pour illustrer un sujet. En janvier dernier, elle aurait ainsi emprunté une scène du film "Top Gun" pour illustrer un sujet sur des essais aériens effectués par l’armée chinoise.

Quoi qu’il en soit, le reportage du 16 juillet tombe à un mauvais moment pour Pékin. "À l'heure actuelle, on constate une forte augmentation des attaques ciblées contre les États-Unis", souligne ainsi Laurent Heslault, responsable des réseaux pour le fabricant américain de logiciels de sécurité informatique américain Symantec, contacté par FRANCE 24. Or Washington a plusieurs fois pointé du doigt l'activisme de la Chine en matière de cyberespionnage… Des accusations réitérées par Richard Clarke en juin dernier dans les colonnes du Wall Street Journal. L'ancien "M. contre-terrorisme" de la Maison Blanche y estimait que la Chine était responsable de la majorité des attaques informatiques que les États-Unis subissent actuellement.

Première publication : 29/08/2011

  • INTERNET

    L'ONU et des grands groupes américains victimes de cyber-espions

    En savoir plus

  • INTERNET

    Un vaste réseau de cyberespionnage dans l’industrie énergétique mis au jour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)