Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

Amériques

Le Pentagone accusé d'avoir gaspillé 30 milliards de dollars en Irak et en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2011

Selon une commission d'enquête du Congrès américain, quelque 30 milliards de dollars auraient été dilapidés dans des contrats passés avec des sociétés de sécurité privées œuvrant sur les fronts irakien et afghan.

AFP - Une gestion hasardeuse des contrats passés par le Pentagone dans le cadre des conflits en Irak et en Afghanistan, avec les sociétés de sécurité privées par exemple, a entraîné un gaspillage de 30 milliards de dollars, affirme une commission d'enquête du Congrès américain.

En outre, ces erreurs de gestion ont miné l'image des Etats-Unis à l'étranger et encouragé la corruption dans ces deux pays, indique la commission sur les contrats en temps de guerre, où figurent des républicains comme des démocrates, qui remettra un rapport sur la question mercredi au Congrès.

"Des dizaines de milliards de dollars du contribuable ont été gaspillés en raison d'un manque de planification, de demandes imprécises et fluctuantes, de mises en concurrence inadaptées, de critères insuffisants de contrôle et de surveillance", indiquent les deux coprésidents de la commission, Christopher Shays et Michael Thibault, dans une tribune publiée dimanche dans le Washington Post.

Les deux hommes évoquent également des problèmes de coordination entre les nombreuses agences gouvernementales américaines, mais aussi les comportements fautifs ou négligents d'employés fédéraux comme des contractants.

"Le gouvernement et les contractants doivent faire mieux", disent-ils.

L'armée américaine s'est énormément appuyée sur les contractants tiers, en particulier les sociétés de sécurité privées, au cours de la dernière décennie.

"Les Etats-Unis dépendent trop des contractants", estiment MM. Shays et Thibault, prévenant que 30 autres milliards de dollars, voire plus, pourraient être gaspillés si les gouvernements afghan et irakien "ne sont pas capables ou ne veulent pas soutenir les projets financés par des fonds américains après la fin de nos interventions".

"Nous sommes bien conscients de certaines carences", a commenté devant la presse le porte-parole du Pentagone, le colonel Dave Lapan. "Nous avons travaillé dur ces dernières années pour corriger ces problèmes quand nous les rencontrions".

Parmi les exemples cités par la commission figure une prison de 40 millions de dollars en Irak dont le gouvernement de Bagdad "ne voulait pas et qui n'a jamais été achevée".

En Afghanistan, les Etats-Unis ont dépensé 300 millions de dollars pour une centrale électrique que Kaboul n'a pas les moyens de faire fonctionner.

Le rapport de la commission observe que ces pratiques n'ont pas cessé d'augmenter ces dernières années malgré la promesse du président Barack Obama, lors de sa campagne pour la Maison Blanche en 2008, de limiter le recours aux contractants.

Une fois élu, M. Obama avait plaidé pour davantage de compétition dans les appels d'offre, mais le rapport remarque que les contrats attribués sans appel d'offres ont augmenté.

Le Pentagone a rétorqué que l'effort de guerre appelle parfois à faire preuve de souplesse. "Il y a de nombreux cas dans lesquels (...) un long processus d'appel d'offres ne servirait pas les besoins des combattants", a dit le colonel Lapan.

 

Première publication : 30/08/2011

  • AFGHANISTAN

    Le Pentagone et l'Otan enquêtent sur le crash meurtrier de l'hélicoptère

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Des dizaines de soldats tués lors d'une attaque revendiquée par les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les troupes américaines entament leur retrait au nord-est de Kaboul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)